le direct Musique sacrée

Le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine : « j’ai acquis une connaissance de l’âme humaine »

Avant de devenir prêtre, le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, a chanté dans les cabarets et les piano-bars. Une expérience qu’il met aujourd’hui au service de son sacerdoce, comme il en témoigne au micro d’Yves Delafoy dans « Le Choix de la rédaction ».

La chanson n’est jamais très loin chez le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine. Il espère d’ailleurs sortir bientôt son nouvel album déjà enregistré et pouvoir donner 5 concerts au Québec ainsi qu’entamer une tournée en France.

Avant d’être ordonné prête en 1999, le Père Michel-Marie chantait dans les cabarets et les piano-bars. « Une vie qui me suffisait », dit-il, « je ne voulait pas m’enfermer dans ma vocation que j’avais depuis l’âge de 8 ans, j’avais d’abord besoin de murir et de mener la vie ordinaire ». Et puis, un moment donné, Dieu lui a dit : « il faut y aller ! ».

« Lorsque je confesse les personnes, c’est cette expérience première qui me donne les bonnes indications », le Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Sa vie antérieure ? Elle lui permet de comprendre les situations et les êtres. « J’ai acquis une connaissance, je crois, de l’âme humaine », souligne celui qui est désormais au service des Auxiliaires du Cœur de Jésus, une communauté de laïcs consacrés, située sur la colline de Montmartre. A l’occasion de sa réédition, le père Zanotti-Sorkine revient sur le sens de son récit « Le passeur de Dieu » (Artège). L’histoire de Xavier, journaliste de 32 ans et du père Stanislas. « Un récit écrit pour tous ceux qui croient sous la grisaille de la vie », explique-t-il, « qui se demandent où ils vont, quelle est la valeur de leur propre existence ». « C’est un livre sur l’importance de la médiation humaine et de cette figure tutélaire dont nous avons tous besoin pour grandir », ajoute-t-il.

« Il faut développer l’amitié dans le cœur des hommes »

Et de constater que la technologie a envahi notre époque au point d’éclipser souvent les relations humaines pourtant fondamentales. « Les vidéos de 15 secondes, ça distrait mais ça ne construit pas ! », lance le père Michel-Marie qui appelle également à « sortir de l’obéissance à l’esprit ambiant ».

>> Pour en savoir plus sur ce qui arrive à Xavier et au père Stanislas, écoutez l’intégralité du « Choix de la rédaction »

Commentaires

  1. Bonne humeur’ joie cela fait du bien. Merci beaucoup en union de,prières avec vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *