le direct Musique sacrée

Père Emmanuel Gougaud : « Nous faisons de l’œcuménisme sans le savoir »

Lundi 18 janvier 2021, la semaine de prière consacrée à l’unité des chrétiens a démarré. L’occasion de faire le point sur l’œcuménisme en France aujourd’hui. 

Depuis 1908, catholiques, protestants et orthodoxes se rassemblent pour se rappeler que l’unité des chrétiens a lieu tous les jours. Un rendez-vous qui permet à chacun de se découvrir et de s’enrichir au contact de l’autre pour s’unir dans le Christ.

Le père
Le père Emmanuel Gougaud encourage les chrétiens à se déconfiner et à rencontrer d’autres confessions à travers prières, visios ou encore actions solidaires.

Une semaine de prière, version 2.0

Cela ne vous a pas échappé, après les confinements successifs, les limitations du nombre de personnes dans les rassemblements, voilà que le couvre-feu à 18 h est désormais annoncé. Impossible de se rassembler, de manger ensemble ou tout autre activité de partage.  « Aujourd’hui, nous nous rassemblons d’une autre manière, sur Internet, précise le Père Emmanuel Gougaud, directeur du Service national pour l’Unité des Chrétiens. Nous faisons preuve de créativité, avec beaucoup de prières œcuméniques dont le déroulé est proposé aux églises du monde entier par le Conseil œcuménique des Eglises et le Conseil Pontifical au Vatican. » Des podcasts, ainsi que des vidéos en visioconférence sont proposées. Enfin, cette semaine plus qu’une autre invite chacun à s’engager selon le père Emmanuel Gougaud : « Cette pandémie révèle beaucoup de pauvreté. En France, les chrétiens unissent leurs moyens pour faire la soupe populaire, distribuer des repas, ou aider pour les démarches administratives. »

L’œcuménisme au temps du coronavirus

La crise du Covid-19 a eu des conséquences favorables sur la recherche d’unité chrétienne. Le père Emmanuel Gougaud explique :  » les responsables d’Eglise ont multiplié les rapports, ne serait-ce que pour parler d’une seule voix avec les autorités publiques. » Cette communication a été moins évidente au niveau locale, puisque  » toutes les activités humaines risquent d’être une source de crainte, de peur donc les gens restent chez eux. » L’unité des chrétiens est plus difficile à accomplir lorsqu’il y a un certain repli sur soi lié à l’angoisse de la maladie. Le coronavirus est à double tranchant, d’un côté il met en exergue des causes communes, mais de l’autre il a considérablement augmenté les interactions et fait ressortir l’égoïsme des hommes.

Va-t-on réellement vers plus d’unité chrétienne ?

Selon le père Gougaud, l’unité chrétienne s’approfondit au fur et à mesure mais se fait différemment selon les générations :  » Avec le renouveau charismatique nous assistons à un œcuménisme qui se fait sur le dire. Nous faisons de l’œcuménisme sans le savoir. Les groupes de prières des veillées de guérison sont à la fois avec des éléments de piété et spiritualité catholique (louange à Marie, adoration eucharistique) mais aussi avec des groupes de louanges du protestantisme évangélique. » L’importance d’être chrétien devient essentielle et les rencontres entre chrétiens se font plus naturellement. Hors de question de fusionner les églises mais simplement de célébrer et communier ensemble. Aujourd’hui, les églises sont en pleine recherche théologique pour répondre à la question suivante : comment va-t-on vivre cette unité chrétienne ?

La Semaine se conclura par la célébration des Vêpres par le Pape François à Rome en la basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs, en présence de représentants des autres communautés chrétiennes de la Ville éternelle.