05.05.21 Catégorie(s) : Actualité Histoire Patrimoine

“Napoléon est d’une actualité brûlante », Jean-François Coulomb des Arts

200 ans après sa mort, l’ombre de Napoléon n’a jamais autant plané sur la France. Que retenir des exploits et des échecs de ce personnage ambigu, qui attise les passions autant qu’il suscite l’incompréhension ? Les réponses de  Jean-François Coulomb des Arts, écrivain et journaliste et auteur de « Napoléon – les derniers témoins racontent »…

200 ans après sa mort, l’ombre de Napoléon n’a jamais autant plané sur la France. Que retenir des exploits et des échecs de ce personnage ambigu, qui attise les passions autant qu’il suscite l’incompréhension ? Les réponses de  Jean-François Coulomb des Arts, écrivain et journaliste et auteur de « Napoléon – les derniers témoins racontent » (Rocher).

22 March 2021, France, Paris: A statue of Napleon by Charles-Emile Seurre stands in the cour d'honneur of the "Hôtel des Invalides". The place is currently not open to the public due to Corona restrictions. 200 years after his death, Napoleon Bonaparte is hotly debated. France already proclaimed the "Année Napoléon" ("Napoleon Year") on the occasion of the round anniversary. (to dpa "From the throne to the lava rock - 200 years ago Napoleon died") Photo: Christian Böhmer/DPA/ABACAPRESS.COM France Frankreich | BRDPA20210409_145 Paris FrancePhoto: Christian Böhmer/DPA/ABACAPRESS.COM France Frankreich | BRDPA20210409_145 Paris France

5 mai 1821 – 5 mai 2021. Il y a deux cent ans disparaissait Napoléon, à Longwood sur l’île de Sainte-Hélène, durant son exil, à l’âge de 51 ans. A l’occasion du bicentenaire de sa mort, le président Emmanuel Macron s’apprête à déposer une gerbe au pied du tombeau de l’empereur, aux Invalides, à Paris avant de donner un discours pour « regarder en face » cet « être complexe » qu’était Napoléon, en n’étant « ni dans l’hagiographie, ni dans le déni, ni dans la repentance », indique l’Elysée. Un exercice politique risqué pour le Chef de l’Etat puisque le sujet a souvent été éludé au cours de la Cinquième République, comme nous l’explique Jean-François Coulomb des Arts, écrivain et journaliste et auteur de « Napoléon – les derniers témoins racontent » (Rocher).

Intentions électorales

Le premier président de la République à commémorer Napoléon n’est autre que Charles de Gaulle qui décide en 1969 de célébrer le bicentenaire de sa naissance. Charles de Gaulle n’a finalement pas eu le temps de célébrer l’empereur, il démissionne avant. C’est Georges Pompidou qui fera le discours dans la maison natale de Napoléon, à Ajaccio, le 15 août 1969. “Depuis 51 ans c’est silence radio”, déplore Jean-François Coulomb des Arts au micro de Louis Daufresne. “En 2005, Jacques Chirac n’a pas daigné commémorer la bataille d’Austerlitz, alors que les Anglais ont commémoré le centième anniversaire de la bataille de Trafalgar et Chirac leur a envoyé notre porte-avion Charles de Gaulle pour la parade. A croire que nos élites fuient Napoléon.

Et le silence n’a pas de couleur politique. “François Hollande était lui aussi dans le déni total. La gauche a du mal avec Napoléon« . Pourtant, à l’horizon de 2022, la célébration du bicentenaire de la mort de Napoléon recouvre une intention électorale manifeste : “Macron a vu l’espace politique qui lui est offert”. D’autant que “Napoléon est d’une actualité brûlante.” Sans faire d’anachronisme,  Jean-François Coulomb des Arts souligne les similitudes dans les situations sociales de la France, à l’époque et aujourd’hui : “Quand Napoléon prend le pouvoir, le pays est totalement divisé, on est encore dans une guerre civile et il a eu la grande vertu de réconcilier les Français.” 

 

Un personnage historique contesté pour de mauvaises raisons ? 

 

Une donnée qui doit suffire, pour le journaliste, à réconcilier les Français avec leur histoire. Si Napoléon s’avère être un “grand visionnaire”, auteur en quinze ans d’une longue liste d’inventions qui ont révolutionné l’administration et la société française plus largement (Le Conseil d’état, le Sénat, la liberté de culte, la Banque de France, les préfets, les départements, les archives nationales, le Trésor public, les lycées, les grandes écoles, la légion d’honneur, les chambres de commerce, la Cour d’appel, le code civil qui a essaimé dans toute l’europe, la cour des comptes, les pompiers de Paris, le baccalauréat, le cadastre…) – qu’aucun autre homme politique n’a égalé en 200 ans, il reste un personnage historique contesté.

Bonaparte est en effet accusé d’avoir rétabli l’esclavage qui est, depuis 2001, un crime contre l’humanité selon la loi française. Pour certains défenseurs des droits, cette commémoration de la part du président fait tâche, comme le souligne notamment Louis-Georges Tin, président d’honneur du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) à France Info : “On ne saurait, de ce point de vue, commémorer un individu comme celui-là. L’enseigner oui. Le commémorer non. Si M. Macron persiste à vouloir célébrer le bicentenaire de la mort de Napoléon le 5, il ne sera plus digne de célébrer les abolitions de l’esclavage le 10. On ne peut pas célébrer une chose et son contraire ». Un avis que ne partage pas Jean-François Coulomb, pour qui cette remise en cause de Napoléon sonne comme un anachronisme : “Il faut arrêter de juger l’histoire à l’aune des idées du 21e siècle. Dans ce cas, qu’allez-vous dire des Romains, des Egyptiens ? Certes, on peut dire qu’à l’aune d’aujourd’hui c’est une bêtise. Pourtant, lorsqu’il revient au pouvoir pendant les cent jours, il abolit la traite des noirs, mais ça c’est souvent passé sous silence.”

Le Français le plus connu au monde

Paradoxalement, Napoléon est le français le plus connu au monde. Il est le personnage historique le plus peint après le Christ. En dépit de cette image autoritaire, voire sanglante, Napoléon est une passion française : il y a d’ailleurs plus de livres sur lui que de jours qui se sont écoulés depuis sa mort. “Il est dans le récit national, la question ne se pose pas. En revanche, faut-il le raviver ? Oui, répond d’instinct Jean-François Coulomb des Arts, si ça peut réconcilier les Français c’est parfait”

Partagez sur les réseaux sociaux :