le direct Musique sacrée

Jean-Pierre Obin : « Il faut former les professeurs à gérer les attaques à la laïcité »

Mardi 9 février 2021, Louis Daufresne recevait Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l’Education nationale et auteur de « Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » pour discuter laïcité à l’école.

Jean-Pierre Obin, ancien
Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l’Education nationale, a remis un rapport en 2004 sur  » Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires. » Ce travail n’avait pas été publié.

Peut-être avez-vous vous vu passer l’information : un professeur de philosophie du lycée de Trappes (Yvelines) a reçu plusieurs menaces de mort après la publication d’une lettre ouverte dans l’Obs intitulée « Comment pallier l’absence de stratégie de l’Etat pour vaincre l’islamisme ?« . Cette intervention médiatique a eu lieu en novembre 2020, peu de temps après l’assassinat de Samuel Paty. Depuis, une enquête a été ouverte pour « menaces sur personne chargée de mission de service public. »

Dans Le Grand Témoin, Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l’Education nationale, donne des pistes de réflexion sur le maintien de la laïcité à l’école. En effet, depuis plusieurs années, les croyances religieuses enseignées dans les familles se heurtent au principe de laïcité des établissements scolaires. Jean-Pierre Obin donne l’exemple d’un proviseur lyonnais qu’une mère de famille a appelé, déclarant que deux professeurs avaient supprimé les Etats-Unis de leur programme après que la déléguée d’une classe ait expliqué que les Etats-Unis était l’ennemi numéro un des musulmans.

  • Former les professeurs à la laïcité

En novembre dernier, la rédaction de Radio Notre-Dame publiait un article sur le manque d’aides pour les professeurs face aux atteintes à la laïcité. Plusieurs professeurs d’histoire-géographie déploraient être les seuls à avoir reçu une formation aux principes de laïcité, à son enseignement. Depuis 2004, Jean-Pierre Obin fait le même constat dans un rapport intitulé « Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires » et regrette que ces mesures n’aient pas été appliquées : « Deux mondes se rencontrent aujourd’hui dans la classe, en particulier dans les quartiers où la population musulmane est importante : le monde des enfants qui est entièrement structurés par les normes religieuses, de la vie la plus intime à la vie sociale et politique; et le monde des enseignants, qui par leur recrutement sont issus de familles sécularisées depuis plusieurs générations, et qui ignorent complètement ce que peut être la puissance ou les fonctions d’une religion».  Si une meilleure connaissance ne permettrait pas d’éviter toute sorte d’atteinte à la laïcité, cela faciliterait le dialogue.

  • L’autocensure en hausse parmi les enseignants du secondaire

Quelques mois après l’assassinat de Samuel Paty, une enquête d’Ifop menée par la fondation Jean Jaurès et l’hebdomadaire Charlie hebdo déclare qu’un enseignant sur deux dans le secondaire se serait déjà autocensuré par peur d’incidents avec les élèves. En trois ans, ce chiffre a augmenté de 13 points.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *