le direct Musique sacrée

Stéphane Clergé : « Pour les enfants, le fait d’avoir la foi, c’est se sentir protégé »

« En Quête de Sens » du 19 avril – Faut-il transmettre la foi aux enfants ? C’est la question qu’aborde Marie-Ange de Montesquieu avec ses invités, Isabelle Morel, Kelly Morellon et Stéphane Clergé.

De quoi parle-t-on quand on évoque « l’intelligence spirituelle » ? Pour Stéphane Clergé, il s’agit de « la capacité à se questionner sur le sens et l’origine de choses, la compétence à penser ses origines et sa propre destinée ». Cette intelligence est donc aussi fondamentale que l’intelligence logique et ou que l’intelligence émotionnelle. « Cela permettra à l’enfant d’aller au-delà de soi », explique-t-il, « et de vivre avec un mieux être, au-delà de la matérialité des choses ». Stéphane Clergé souligne d’ailleurs que cela procure « un meilleur équilibre psychique et même avec une meilleure réussite scolaire » chez nombre d’enfants.

« Se questionner sur ses propres origines a forcément une dimension spirituelle, c’est la conscience qu’il y a quelque chose de plus grand que nous-même » – Isabelle Morel

Une analyse que partage Isabelle Morel : « tout ne se joue pas que dans l’intellect ! ». Kelly Morellon, qui enseigne le catéchisme en maternelle, a d’ailleurs pu l’observer : « les petits se posent souvent des questions, même dans des écoles catholiques, ils ne savent pas toujours au fond s’ils croient ou non ». Pour Isabelle Morel, « tout dépend de ce qu’on appelle transmettre la foi ». « C’est complexe », ajoute-t-elle, « c’est quelque chose de très personnel, mais cela ne peut pas se faire sans un certain contenu intellectuel », ce que Saint Augustin appelait « Fides quae creditur », « ce qu’il faut croire, les mots de la foi ».

Stéphane Clergé explique : « la religiosité est un cadre dans lequel la spiritualité peut se développer ». L’enfant se nourrit de ça, et dans un second temps, il analyse et questionne ce qu’on lui a transmis. « A 6 ans, il se demande d’où je viens, c’est quoi mourir ?… L’adolescence est une nouvelle période de questionnement, il peut remettre en question ce qui lui a été transmis pour se le réapproprier ».

« Les enfants que je vois et qui ont la foi, sont plus sereins, plus patients, ils sont davantage dans l’espérance, ils se sentent protégés » – Stéphane Clergé

Stéphane Clergé le constate : « quand les enfants ont la foi, ils ont davantage les pieds sur terre; cela leur permet aussi d’être moins mégalomanes ».

Avec la pandémie, les enfants seraient-ils davantage en demande ? C’est ce que constate Kelly Morellon. « Avec la crise, les parents eux aussi sont en demande ». Quant aux enfants, « ils savent qui se passe quelque chose, ils ont besoin de comprendre et de connaître la vie de Jésus ». Dans le contexte actuel, on assite à « des échanges inédits entre enfants et parents, notamment avec le père plus présent », remarque Stéphane Clergé, « c’est l’occasion de parler ce que qui nous dépasse… L’intelligence spirituelle permet à l’enfant de découvrir qui il est en tant qu’être inspirant, de découvrir un sens et un but à son existence… Cela l’aide à se décentrer, à améliorer sa présence au monde ».

Et Isabelle Morel d’ajouter que ce qui est important, c’est de « transmettre les conditions qui permettent que l’on fasse l’expérience d’une rencontre personnelle avec Jésus Christ ». Ce qui est le plus porteur aujourd’hui à ses yeux ? « Le témoignage de vie des uns et des autres », la cohérence entre leur foi et leurs actes.


Les invités de Marie-Ange de Montesquieu :

Transmettre-la-foi-en-temps-de-crise

Isabelle Morel, directrice adjointe de l’Institut supérieur de pastorale catéchétique et professeur à l’Institut catholique de Paris. Elle est responsable du Service de formation du diocèse de Besançon et publie « Transmettre la foi en temps de crise » (Cerf)

L-intelligence-spirituelle-de-votre-enfant-La-reveler-et-la-developper

Stéphane Clergé, pédopsychiatre, praticien hospitalier et diplômé d’histoire de la médecine. Il publie « L’intelligence spirituelle de votre enfant » (Leduc)

Kelly Morellon, animatrice pastorale scolaire dans une école catholique. Pendant le 1er confinement elle réalisait des cours de catéchisme en vidéo

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *