18.05.21 Marion Duchêne Catégorie(s) : Actualité Économie

« Décryptage » : repenser le capitalisme néo-libéral ?

Et si nous assistions à la dernière chance du capitalisme ? Du diagnostic aux thérapies, Laurent Lemire fait le point sur la situation actuelle dans « Décryptage ». C’est un fait : « le capitalisme néolibéral – né avec Thatcher et Reagan – est aujourd’hui  malade, et la crise sanitaire a été un accélérateur », ajoute Marie-Paule Virard. La…

Et si nous assistions à la dernière chance du capitalisme ? Du diagnostic aux thérapies, Laurent Lemire fait le point sur la situation actuelle dans « Décryptage ».

C’est un fait : « le capitalisme néolibéral – né avec Thatcher et Reagan – est aujourd’hui  malade, et la crise sanitaire a été un accélérateur », ajoute Marie-Paule Virard. La journaliste estime que ce capitalisme néolibéral est désormais « inefficace » : « il ne produit même plus de croissance, et il crée de moins en moins de richesses et de bien-être pour le plus grand nombre », explique-t-elle, « c’est une rentabilité servie aux actionnaires ». « Les salariés, les citoyens en général sont de plus en plus désespérés, ce système capitaliste a un problème d’acceptabilité sociale qui peut déboucher sur une crise de la démocratie ».

« Depuis 20 ans, les actionnaires ont toujours les mêmes exigences de rentabilité à deux chiffres aux détriments des investissements, de l’innovation et des revenus des salariés », Marie-Paule Virard

Pierre-Yves Henin souligne que nous avons à faire à « un capitalisme qui fait système avec le modèle démocratique occidental ». « Il paraissait triomphant à la chute du communisme comme le présidait Francis Fukuyama avec la fin de l’Histoire ». Une « prédiction erronée », selon Pierre-Yves Henin, car « le système communiste a trouvé un variant en changeant son objet de légitimation par la défense d’un intérêt national », associant une dimension autoritaire à une dimension nationale. Un système qui trouve ses racines en Asie du sud-est notamment, à l’image de Singapour et son capitalisme d’Etat, « à la fois autoritaire national et porteur d’un grand dynamisme », souligne P-Y. Henin.

« Ce concept de capitalisme autoritaire se décline un peu partout, notamment dans les populismes occidentaux, comme dans le trumpisme », Pierre-Yves Henin

Marie-Paule Virard rappelle que pendant la crise du Covid, « un million de Français sont passés de la précarité à la pauvreté », une dizaine de millions de personnes vivent de façon précaire aujourd’hui. Un pauvre sur deux a moins de 30 ans en France . « Le capitalisme a dégradé la situation des classes populaires mais aussi des classes moyennes qui sont le socle de la démocratie », ajoute-t-elle. Et de constater une désindustrialisation plus poussée en France qu’ailleurs en Europe, « des pans entiers de l’industrie notamment l’industrie automobile » qui ont été délocalisés massivement détruisant beaucoup d’emplois. « Le tandem coût et compétences est extrêmement mortifère en France », pointe-t-elle du doigt. Et d’appeler de ses vœux « un plan d’éducation et de formation comme priorité essentielle », car, insiste Marie-Paule Virard, « le problème des compétences » est central en France qui « est toujours dans les profondeurs du classement en particulier dans les maths, les sciences de la vie, l’innovation, l’esprit d’entreprise. la recherche et développement »« Il faut aussi reprendre la main sur les produits stratégiques et l’Etat a là un rôle à jouer », conclut-elle. De son côté, Pierre-Yves Henin affirme que cette reconstruction du capitalisme « ne doit pas prendre en compte un certain anti-économisme ».

Les invités de Laurent Lemire :

capitalisme

Marie-Paule Virard, journaliste, qui publie avec Patrick Artus « La dernière chance du capitalisme », aux éditions Odile Jacob

Le-national-capitalisme-autoritaire-une-menace-pour-la-dem

Pierre-Yves Henin, économiste et historien à l’université Paris I Panthéon Sorbonne. Son dernier livre : « Le National-Capitalisme autoritaire, une menace pour la démocratie » (avec Ahmet Insel), Editions Bleu autour.

Partagez sur les réseaux sociaux :