le direct Musique sacrée

Bruno Le Maire : « La référence à l’Histoire n’est pas un soutien intellectuel, c’est un soutien d’ordre physique, d’ordre spirituel »

La crise sanitaire se prolonge, et avec elle, les fermetures de restaurants, d’usines, et le chômage. Malgré une reprise de la croissance de 1% prévue pour le premier trimestre de 2021, les défis économiques restent nombreux en France. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, en parle au micro de Radio Notre-Dame en direct de Bercy.

Interview
« Je veux raconter pour qu’au lieu de fantasmer, les Français puissent voir concrètement ce qu’il se passe, ce qui se décide » déclare Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, au micro de Laurent Lemire.

À l’occasion de la sortie de son livre, « L’ange et la bête », Bruno Le Maire revient sur les différentes crises qui ont traversé les trois premières années du quinquennat d’Emmanuel Macron, et les défis à venir.

L’Histoire, comme soutien spirituel dans les moments de crise

C’est en regardant la cathédrale de Notre-Dame de Paris brûler, le jour de ses 50 ans, que Bruno Le Maire prend la décision d’écrire : « Notre-Dame c’est mon enfance, Notre-Dame c’est mon éducation catholique, Notre-Dame c’est pour moi un lieu de spiritualité, chargé d’histoire. » explique-t-il. L’Histoire tient une place importante dans la vie du ministre de l’Economie. En pleine crise, il se remémorait les figures marquantes de l’Histoire de France comme Napoléon Bonaparte, ou de la littérature française comme Chateaubriand. Bruno Le Maire considère que le passé est une source d’espoir dans des situations de crise : « La référence à l’Histoire n’est pas un soutien intellectuel, c’est un soutien d’ordre physique, d’ordre spirituel. Vous savez que vous êtes l’héritier de plusieurs siècles d’Histoire, que votre nation a connu des moments extrêmement difficiles […] et tout ça vous nourrit et vous donne une force intérieure ».

Un livre sur les coulisses des décisions politiques

Nombreux ont été ceux qui se sont plaints et se plaignent toujours de la gestion gouvernementale de la crise sanitaire en France. Certains ont perdu leur emploi comme le personnel des restaurants, des boîtes de nuit, ou des bars ; d’autres attendent désespérément de pouvoir remonter sur scène, et tous ont le sentiment que le gouvernement ne prend pas les décisions qui s’imposent. Dans « L’ange et la bête », le ministre de l’Economie souhaite mettre fin aux fantasmes qui entourent la politique et écrire sa vérité aussi bien sur les décisions prises en mars 2020 au niveau national, qu’au niveau européen : « Il n’y a pas d’un côté le ministre de l’Economie qui dit qu’il faut tout laisser ouvert et le ministre de la Santé qui dit qu’il faut tout fermer. Chacun est partagé ». Bruno Le Maire se dit d’ailleurs fier des choix faits sur l’économie pendant la crise : « Nous avons évité le chômage de masse, protégé le pouvoir d’achat des Français ».

ff
Dans son livre, Bruno Le Maire « écrit pour donner du temps à la politique. »

Quels défis pour le futur ?

Dans un futur proche, le soutien aux commerçants qui ne perçoivent quasiment plus de recettes reste essentiel. Sa vision de la politique et de l’économie, Bruno Le Maire la résume de la façon suivante : « Nous avons besoin d’une économie politique, c’est-à-dire une économie qui ne serve pas uniquement le profit mais qui serve un sens général, qui permette à chacun de se dire que ça vaut le coup de faire tourner mon entreprise ». 

Parmi les défis hors crise sanitaire, le ministre de l’Economie maintien une position ferme sur la taxation des géants du numérique (GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon) et sur leur régulation. Selon lui, les GAFA tendent à entrer en concurrence avec l’autorité des Etats : « Est-ce que nous voulons que nos vies soient guidées par des Etats qui ont leurs défauts mais avec un principe clé, c’est que les dirigeants de ces états sont élus par le peuple ? Ou est-ce que nous voulons que nos vies soient guidées par des géants du numérique dont le niveau de capitalisation boursière est supérieur à celui de la majorité des budgets des états de la planète, et qui n’ont de comptes à rendre à personne ? ». Bruno Le Maire entend également empêcher que ces géants du numérique créent leur propre monnaie. La lutte contre le réchauffement climatique reste également à l’agenda du ministre de l’Economie.