le direct Musique sacrée

Lydia Guirous pour l’assimilation : « la France doit être respectée dans son identité »

Ancienne porte-parole du parti LR, elle s’est éloignée de la politique mais fait entendre sa voix en écrivant. Lydia Guirous publie « Assimilation – en finir avec le tabou français » (Plon). Elle est le Grand Témoin de Louis Daufresne.

Lydia GuirousLes étiquettes, Lydia Guirous les connaît bien. On l’a très souvent qualifiée de « collabeur » : « ce sont les personnes dites maghrébines d’origine qui disent leur amour de la France et qui seraient donc dans une forme de collaboration avec la République », explique-t-elle, « pour les islamistes, c’est la plus haute des trahisons ».

« Quand je dis que je suis fière d’être française, tout de suite des regards suspicieux se jettent sur moi, on me reproche d’oublier mes origines »

Née en Algérie, dans les montages kabyles, Lydia Guirous a grandi en France après que ses parents aient fui le terrorisme.  « Une chance », témoigne-t-elle, « j’ai appris le travail, la persévérance, le respect de l’autre ». Elle regrette : « certains veulent vous assigner à résidence identitaire, et refusent que l’on fasse souche dans ce beau pays qui est la France ». Lydia Guirous est plus que jamais partisane de l’assimilation. « L’assimilation, c’est une chance, c’est une générosité, c’est la solution pour redresser le pays face au séparatisme, au communautarisme et à l’état de partition », souligne-t-elle, « c’est un drame de voir qu’une immense majorité de jeunes d’origine maghrébine et de confession musulmane, préfèrent les lois de la charia à celles de la République ».

« Il faut refaire des Français de cœur et d’âme »

Elle rappelle l’origine historique de l’assimilation, qui vient de la IIIème République. « C’est une exigence, c’est quelque chose de rigoureux ». Et Lydia Guirous de souligner que  le texte de loi existe à ce sujet mais qu’on ne l’applique pas. Un cadre rigoureux c’est l’inverse d’une « République Open bar »: c’est « une exigence à savoir parler le Français, à connaître l’histoire de la France, à s’adapter aux us et coutumes, au mode de vie jusqu’au vestimentaire », ajoute-t-elle, « les spécificités, elles, restent dans la sphère privée ». Elle se veut très critique vis-à-vis d’une intégration qui, à ses yeux, a totalement échoué : « c’est chacun fait ce qui lui plaît et il y a un service minimum », regrette-t-elle, « elle a pris le pas dans les années 80 et on voit aujourd’hui un prosélytisme ».

Lydia Guirous le répète : « face à l’islam politique, il ne fait pas avoir de naïveté ». Et elle constate  que les femmes peuvent tout autant être « cheval de Troie de l’islamisme » que les hommes.  Elle est d’ailleurs fermement pour l’interdiction du voile à l’école, tout comme lors des sorties scolaires. « Cela doit être sanctuarisé », répète Lydia Guirous. « Le voile est devenu politique et prosélyte, il ne faut pas tomber dans le piège des islamistes qui aiment inverser nos valeurs et les retourner contre nous !… Le voile véhicule l’inégalité entre les hommes et les femmes ». Et Lydia Guirous d’ajouter : « la France a une indenté et doit être respectée dans son identité, elle a le droit de se faire respecter dans son mode de vie et ses traditions ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *