le direct Musique sacrée

Rencontre – Sanctuaire de Lourdes : « il nous faudra réinventer une nouvelle forme d’accompagnement »

Après deux mois de fermeture exceptionnelle, le Sanctuaire de Lourdes a rouvert ses portes ce samedi. Le retour des pèlerins dans des conditions particulières. Maxime Dalle fait le point avec Mathias Terrier.

Durant deux mois, ce sont 29 chapelains qui sont restés confinés dans le Sanctuaire. Ils se sont ainsi relayés pour prier quotdiennement. Une prière qui a rejoint 3 millions de personnes à travers le monde, ils ont d’ailleurs reçu des milliers d’intentions, ce qui prouve « le rayonnement du Sanctuaire », souligne Mathias Terrier, délégué à l’information du diocèse de Lourdes. Le confinement ? En termes économiques, « c’est catastrophique », dit-il, « 350 établissements de service dédiés à l’accueil du pèlerin sont fermés ». Le déficit est estimé à 8 millions d’euros pour la fin de l’année. « Le Sanctuaire était à l’équilibre, la pandémie a balayé ce retour à l’équilibre », explique Mathias Terrier qui appelle toutes celles et ceux qui veulent que Lourdes se relève, à faire un don. 

« C’est une immense joie, un grand signe d’espérance, même si tous les pèlerins ne peuvent pas venir »

Depuis le samedi 16 mai, le Sanctuaire a donc réouvert partiellement : la présence des pèlerins est limitée à 30 minutes. Il s’agit d’être en conformité avec les règlementations et la loi. Le parcours répond ainsi aux « gestes fondamentaux du pèlerin », explique Mathias Terrier  : allumer un cierge et prendre de l’eau de Lourdes, être devant la grotte des Apparitions pour prier. Bien sûr, le masque est obligatoire. La première journée de réouverture, ce sont ainsi 1500 personnes qui ont pu parcourir le Sanctuaire. « On a un sanctuaire à ciel ouvert », explique Mathias Terrier, « nos basiliques sont fermées, on ne peut pas vivre les cultes collectivement… Cela veut dire une pratique nouvelle, de nouveaux cheminements et des accompagnements qu’il faut réiventer ». A ce stade, difficile encore de dire s’il ya aura un grand 15 août à Lourdes. Et Mathias Terrier de rappeler que « les pèlerinages, sont la colonne vertébrale de Lourdes, ils se construisent autour des fragilités… Il va falloir réinventer tout cela ». D’ores et déjà, les pèlerinages de groupes ont été annulés à 100 % jusqu’en juillet,  à plus de 30 % pour août, « et il y a des annulations aussi en septembre ».