le direct Musique sacrée

Dans cette pension de la Fondation Abbé Pierre, « c’est comme une vie de famille »

15 millions. C’est le nombre de personnes, en France, qui souffrent de mal-logement, selon le dernier rapport de la Fondation Abbé-Pierre. L’un des principaux facteurs est la solitude. La Fondation met en place des « pensions de famille » pour les personnes isolées.
Reportage dans la pension de famille de Fontenay-sous-Bois, en banlieue parisienne.

 


« Je vais gagner… »
C’est l’heure d’une partie de baby-foot pour Patrick et son ami. Juste à côté, d’autres locataires discutent joyeusement autour d’un café. Chacun a son histoire. Beaucoup ont connu la rue. Rolande apprécie le bon esprit de cette pension de famille. Elle sourit : « Quand on fait la cuisine, on le fait en commun. Tout le monde est invité. Tu viens, tu partages et tu apprends. C’est comme une petite famille. »

Elle est l’une des toutes premières habitantes des lieux, lorsque la pension de Fontenay ouvre en 2017. Dans son logement, il y a tout le nécessaire : « Ici je suis chez moi ! Et je m’y sens très bien. »

fontenay2

Apprendre à vivre en collectif

Cette pension de famille dispose de 24 logements indépendants comme le sien. L’objectif est aussi de réapprendre à des gens en perte d’autonomie à gérer un budget ou encore à vivre en collectif. Vénérande Habimana accueille les nouveaux arrivants : « Ça m’apporte, ce travail a un sens. »

Les locataires restent aussi longtemps qu’ils le souhaitent tout en payant un loyer. Une sécurité de vie pour développer son projet personnel et reprendre doucement confiance en soi.

fontenay1