le direct Musique sacrée

Handicap : « Il faut être vigilant à tous », Philippe De Lachapelle (OCH)

De nouvelles aides pour mieux concilier handicap et parentalité, un soutien prolongé aux embauches, une communication officielle plus accessible… Le gouvernement a présenté ce lundi 16 novembre de nouvelles mesures en faveur des personnes handicapées.

Ce rendez-vous a été « l’occasion pour chacun des ministres d’avoir un aiguillon qui nous rappelle la réalité de la vie quotidienne de toutes les personnes en situation de handicap », a déclaré à la presse le premier ministre Jean Castex, à l’issue du Comité Interministériel du Handicap (CIH) ce lundi 16 novembre, journée qui marquait également le coup d’envoi de la 24e Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH).

18 ministres ainsi que des représentants des associations de personnes handicapées se sont virtuellement réunis autour de Jean Castex et de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée du Handicap. « En réunissant ce CIH dans cette période de très grande épreuve pour l’ensemble de la société française, nous portons un message simple : la crise ne nous détourne pas de nos fondamentaux, et elle doit même nous conduire à accélérer notre politique » peut-on lire dans le dossier de presse publié en ligne sur le site handicap.gouv.fr

Quatre « objectifs » sont définis pour donner le cap à la politique handicap d’ici la fin du quinquennat : investir sur les jeunes générations en situation de handicap, simplifier les démarches et renforcer le pouvoir d’agir, mieux soutenir pour améliorer la vie et, enfin, transformer la société. L’occasion aussi pour le gouvernement d’annoncer de nouvelles mesures. Mais, prévient Philippe De Lachapelle, directeur de l’Office Chrétien des personnes Handicapées  « il n’y a pas tant de nouveautés, ce sont plutôt quelques mesures symboliques », qui se réjouit tout de même de ces petites et grandes avancées en cette période de crise sanitaire et économique.

Extension de la prestation de compensation du handicap (PCH) pour la parentalité

Parmi les nouvelles mesures, l’extension dès le 1er janvier 2021 du dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH), qui permet de financer des aides, humaines ou matérielles, pour couvrir des aides à la parentalité. Philippe de Lachapelle salue cette mesure « C’est une reconnaissance de leur personne. Les personnes handicapées peuvent être parents, elles sont présentes dans tous les champs de la société et cette mesure les soutiendra dans leur rôle de parents ».

Concrètement, les parents concernés pourront rémunérer un intervenant, une heure par jour, pour qu’il les aide à s’occuper de leur enfant. Mais, et c’est une bonne chose, précise Philippe de Lachapelle, « car le matériel spécialisé coûte cher », ils auront également droit à la prise en charge de certains équipements, comme par exemple une table à langer à hauteur réglable, s’ils se déplacent en fauteuil roulant.

Aide à l’embauche jusqu’au 30 juin 2021

Autre mesure « nécessaire mais largement insuffisante » selon Philippe de Lachapelle : la prolongation de l’aide au recrutement de personnes en situation de handicap dans le cadre du plan France Relance. Les aides à l’embauche seront ainsi prolongées jusqu’au 30 juin 2021. Cette aide, de 4.000 euros aux entreprises et aux associations qui embauchent un salarié handicapé, sans limite d’âge, en CDI ou CDD d’au moins trois mois, doit permettre « 30.000 recrutements », a dit Jean Castex.

Création d’habitats alternatifs

Concernant le logement, Philippe De Lachapelle se réjouit de l’ambition du gouvernement de développer des habitats alternatifs qui respectent le choix de vie des personnes tout en leur garantissant un accompagnement de qualité. 45 millions d’euros seraient déployés entre 2021 et 2023 pour financer des « aides à la vie partagée » (AVP) pour « favoriser l’habitat inclusif » au sein de petites unités de logement a précisé Jean Castex, rappelant que le développement de l’habitat inclusif constitue une réponse prometteuse pour sortir du dilemme vécu par les personnes lorsque la vie collective en établissement n’est ni souhaitée, ni nécessaire ou lorsque la vie « chez soi comme avant » n’est plus possible. C’est également une solution pour lutter contre les ruptures de parcours des personnes et proposer une alternative notamment aux plus jeunes sans solution ainsi qu’aux personnes âgées. 

« Beaucoup d’associations le proposent déjà, notamment l’Arche ou Simon de Cyrène que nous soutenons », poursuit le directeur de l’OCH, heureux qu’une telle mesure puisse leur apporter enfin plus de reconnaissance.

Renforcement de l’accessibilité de la communication gouvernementale

Enfin, une enveloppe de 10 M€ sera dédiée en 2021 à la mise en accessibilité des principales prises de parole des ministres pour permettre à l’ensemble des discours d’être sous-titrés et traduits en langue de signes, afin d’être accessibles aux personnes sourdes et malentendantes. Une mesure très attendue par les personnes concernées, souligne Philippe De Lachapelle. « Il faut être vigilant à tous, on ne se rend pas compte à quel point cela isole ».

Jean Castex a par ailleurs fait savoir que le CIH, organisé d’ordinaire tous les ans, aura désormais lieu tous les six mois pour permettre un meilleur suivi des décisions mises en oeuvre. Si cela peut redonner de l’implusion, c’est bien, conclut Philippe De Lachapelle, car les annonces faites par le CIH sont surtout le bilan des actions en cours et la réactualisation de certaines propositions. Et de rappeler, « il faut se mobiliser. Une mobilisation qui ne dépend pas que du gouvernement mais de tout un chacun. Il nous faut développer une culture où l’on apprend à vivre ensemble, quel que soit son handicap« .

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *