le direct Musique sacrée

Agnès Thill : « C’est difficile d’être catholique quand on fait de la politique »

Agnès Thill, députée de la 2ème circonscription de l’Oise, s’exprime jeudi 1 er octobre 2020 au micro de Louis Daufresne. À l’occasion de la sortie de son livre,  » Tu n’es pas des nôtres », Agnès Thill revient sur son exclusion du parti présidentiel et sur les débats sociétaux actuels.

Ce n’est pas sans rancœur qu’Agnès Thill évoque son exclusion du parti présidentiel.  » Ce titre [Tu n’es pas des nôtres], je le tiens de Mounir Mahjoubi qui m’avait dit ça dans l’ascenseur ». La député de l’Oise raconte ce qu’elle a vécu, entre « harcèlement » et « lynchage médiatique ».

Agnès Thill, député de la 2e circonscription de l'Oise, revient sur l'allongement du recours à l'IVG.
Agnès Thill, députée de la 2e circonscription de l’Oise, revient sur l’allongement du recours à l’IVG.

 » On vous case dans une case réact, conservatrice, vieille bigote »

Au sein de son livre, Agnès Thill publie une lettre violente qu’elle a reçu. Elle porte plainte pour « injure et menace de mort à propos de la religion ». « C’est difficile d’être catholique quand on fait de la politique. On vous case dans une case réact, conservatrice, vieille bigote. C’est difficile d’avoir une religion dans un pays si fier de sa laïcité. » explique-t-elle.

Prenant du recul sur les événements, l’ex- LREM considère qu’il n’y a jamais eu autant de frontières et de murs entre les individus. Alors qu’elle s’était engagée derrière Emmanuel Macron pour «  sa volonté de rassembler  » et de dépassement « du clivage gauche-droite », elle a vite été déçue « si c’est pour le remplacer par un clivage progressiste- populiste ce n’est pas un progrès« .

Une opposition ferme à l’allongement du recours à l’IVG

À partir du 1 er octobre, une proposition de loi visant à allonger la durée de recours à l’avortement de 12 à 14 semaines est discutée en commission à l’Assemblée Nationale. Agnès Thill suit les débats avec intérêt. Elle se tient dans le camp de l’opposition :  « Il faut rappeler qu’à 14 semaines, l’ossature commence à se faire. Ce qui signifie qu’il faut écraser le cerveau, l’enfant, le fétus pour pouvoir l’en sortir. Qu’on continue à nous dire que c’est un acte comme un autre … non ! » s’indigne la députée. Elle appelle à cadrer l’avortement.

Elle en profite également pour s’exprimer sur la loi bioéthique qui inclut la possibilité pour les femmes en « détresse psycho-sociale » de recourir à l’interruption médicale de grossesse (IMG) pendant toute la durée de la grossesse : « Notre société n’a donc rien d’autre à offrir à une mère en détresse sociale que de lui euthanasier son bébé dans le ventre ? »

L’interdiction des animaux dans les cirques approfondie les inégalités

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, a présenté mardi 29 septembre 2020, une série de mesures pour le bien-être animal, parmi lesquelles se trouve la progressive interdiction des animaux sauvages dans les cirques itinérants en France.

Selon Agnès Thill, cela va creuser les inégalités entre les enfants favorisés et défavorisés:  » Les enfants des classes inférieures n’auront pas les moyens d’aller faire un safari au Kenya, ils ne verront jamais un lion. Le seul moyen de voir un éléphant et un lion c’est dans un cirque. » La député de l’Oise considère que  » la porte est ouverte, ensuite cela sera dans les zoos ». Elle s’exclame, « À quand l’interdiction du poisson rouge dans son bocal ? On en est là ! »

Sans encourager la maltraitance animale, elle explique que le gouvernement actuel est « incapable de réduire fracture sociale, donc donne des gages sociétaux ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *