le direct Musique sacrée

Le Grand Témoin : « il nous manque une entité budgétaire en Europe »

Le 5 mai dernier, la Cour Constitutionelle de Karlsruhe en Allemagne remettait en cause la politique de la Banque Centrale Européenne, notamment la politique de rachat des dettes publiques. Cette crise institutionnelle pourrait-elle sonner le glas de l’Euro ? Pour en parler, Yves Delafoy reçoit Natacha Valla.

La tension est palpable depuis quelques semaines entre l’Allemagne et la BCE, note Natacha Valla, directrice générale adjointe de la politique monétaire à la Banque Centrale Européenne. En question : le fameux « principe de proportionnalité », explique-t-elle, « la Cour allemande de Karlsruhe demande à la BCE de peser le pour et le contre de sa politique axée sur l’instabilité des prix et l’inflation ». De fait, ce sont plus de 1500 plaintifs qui ont demandé à la cour allemande de porter un jugement sur cette situation. « Certains pays ont en effet le sentiment injuste d’avoir le risque de devoir se porter garant des dettes des autres », souligne Natacha Valla.

« Savoir si c’est le droit européen qui prévaut et de quelle manière »

Angela Merkel, la chancelière, a d’ores et déjà pris note du jugement de la Cour. Reste à savoir quelle décision elle prendra. « J’espère que l’on trouvera une réponse pragmatique », déclare Natacha Valla, « selon moi, il n’y a pas eu de dépassement de proportionnalité, la politique de la BCE n’a pas eu d’impact délétère sur l’activité financière et économique ». Pour Natacha Valla, la question qui se pose réellement est celle de « l’incomplétude de la zone euro ». « Il faut au moins une entité fiscale et et budgétaire commune, une capacité à faire du conjoncturel et du structurel ensemble et de manière coordonnée », dit-elle. En ce sens, elle n’est pas favorable à l’idée de « corona bond » proposée par Emmanuel Macron, c’est-à-dire, une mutualisation de la dette passée des pays membres de la zone euro. Mieux vaut, à ses yeux, favoriser les « initiatives tournées vers le futur » : « il faut trouver un modèle, un fonds commun, une entité commune capable de chercher un financement pour l’ensemble des pays pour un projet commun ». Et Natacha Valla de conclure : il nous faut « partager un imaginaire collectif, faire des investissements en commun ».