le direct Musique sacrée

Le Grand Témoin : Tourisme en danger, « le gouvernement a tout de suite pris la mesure du problème »

Catherine Dumas, sénatrice LR de Paris, membre du Comité interministériel du Tourisme, est l’invitée d’Yves Delafoy. Elle évoque l’avenir du secteur du tourisme et de la culture dans le contexte de la pandémie.

18 milliards mis sur la table par le gouvernement pour venir à court terme à la rescousse du secteur touristique. « Tout n’est pas réglé mais cela apporte un grand nombre de solutions », souligne Catherine Dumas, « le gouvernement a tout de suite pris la mesure du problème et a réfléchi à un plan très fort ». Rappelons que la France avait pour ambition d’avoir 100 millions de touristes par an et qu’à l’heure actuelle, elle atteint 90 millions de visiteurs, ce qui fait d’elle la première destination touristique du monde. Un secteur frappé de plein fouet par la pandémie. « 2 millions d’emplois directs et indirects dépendent du tourisme », explique Catherine Dumas, « ce secteur représente environ 7,4 % de notre PIB ». Parmi les branches les plus impactées : l’hôtellerie, la restauration et les cafés, sans compter tous les fournisseurs qui travaillent derrière.

« Il y a une vraie détresse morale aggravée par le fait qu’il y a des zones vertes et des zones rouges »

Dans l’optique d’une réouverture notamment des cafés et restaurants, un gros travail autour des questions sanitaires a d’ores et déjà été fait : « tout va reposer sur la confiance des clients », répète Catherine Dumas. A priori, on semble s’orienter vers une réouverture des établissements pour les zones vertes et dans un deuxième temps pour les autres zones (voir les annonces faites ce 28 mai pas le gouvernement). Quant à la culture, « c’est un secteur plsu atomisé, donc c’est plus compliqué », explique Catherine Dumas, « le protocole sanitaire sera plus dur à mettre en place, ce sera plus lent ». Les musées de petite capacité ont déjà pu rouvrir leurs portes et les parcs d’attraction vont rouvir au coup par coup, sous autorisation des préfets.