le direct Musique sacrée

Le Grand Témoin : Automobile, « un électrochoc pour faire redémarrer la demande »

Il faut sauver l’automobile en France et en Europe. Emmanuel Macron a annoncé ce 26 mai son plan de relance. Yves Delafoy fait le point avec Marc Mortureux.

Directeur général de la Plateforme de l’automobileMarc Mortureux, le reconnaît : difficile de ne pas se rémémorer la crise de 2008. « A l’époque, il y avait un vrai problème de trésorerie » pour le secteur automobile. La crise d’aujourd’hui est à ses yeux aussi brutale, « mais plus profonde et plus durable », dit-il. En mars, les pertes s’élèvent à moins de 72 %, elles sont de moins de 90 %. Depuis le début de l’année, les ventes de voitures ont diminué de moitié. « Si la demande ne rédémarre pas, la production automobile ne pourra pas redémarrer ». Emmanuel Macron a donc annoncé un plan de sauvetage de plus de 8 millliards d’euros. « Nous avons besoin d’un électrochoc pour faire redémarrer la demande dans un premier temps », explique Marc Mortureux, « le plan Macron répond clairement à l’urgence de la situation ». Un premier volet pour relancer le marché et la demande. « Un autre volet centré sur l’avenir écologique et la question de l’offre », souligne-t-il.

« Une filière confrontée à une transformation extrêmement profonde »

Véhicules plus propres, développement digital avec plus de connexion : le secteur automobile fait face à une « transformation extrêmement profonde », affirme Marc Mortureux, et cela va être accélérer par la crise. « Si on veut accompagner le consommateur vers l’électrique et l’hybride, il faut développer en même temps les infrastuctres et les recharges ». Et il rappelle que pour que le consommateur retourne dans les concessions, l’Etat va mettre en place dès le 1er juin une prime de 7000 euros pour toute personne souhaitant acheter un véhicule électrique.