le direct Musique sacrée

Haïm Korsia : « Rien ne serait pire qu’un reconfinement et une stigmatisation des cultes »

Le Grand Témoin – Le Conseil d’Etat ordonne au gouvernement de lever l’interdiction de réunion des lieux de culte. Pour en parler, Yves Delafoy reçoit Haïm Korsia, grand rabbin de France.

Auteur de « Réinventer les aurores » (Fayard), le grand rabbin de France appelle à la plus grande prudence face au virus et à une réouverture trop rapide des lieux de culte. « Il y a eu pendant deux mois un manque de prière en commun… C’est cela qui me fait peur : il faut réfréner le besoin immédiat des personnes de venir prier, ce désir peut faire prendre des risques de manière inconsidérée », explique Haïm Korsia. « On a certes mis des plans en place en fonction de la taille du lieu (espacement, gel, masque) mais », ajoute-t-il, « même avec ces mesures, le virus peut circuler et il y a encore des clusters ». Et d’évoquer la contamination au sein d’un choeur. « Comment peut-on demander aux personnes de ne pas chanter ? », interroge le grand rabbin de France.

« L’impératif premier, c’est la sécurité des fidèles »

Chaque synagogue aura donc dorénavant un référent médical. « Comment fait-on si quelqu’un vient sans son talit, son châle de prière ? », souligne ainsi Haïm Korsia. « Le référent médical aura localement la responsabilité de définir les règles », en s’adaptant aux possibilités des lieux. Cela relève aussi pour le grand rabbin du « bien vivre ensemble » : « chacun devra prendre sa part de responsabilité », dit-il.  Pour lui, il faut attendre 14 jours après le déconfinement et ne prendre aucun risque avant. Les 26 et 27 mai prochains, le Consistoire fera donc un point sanitaire sur la circulation du virus. Et Haïm Korsia de conclure : « construisons ensemble la possibilité d’ouvrir de manière sereine car rien ne serait pire qu’un reconfinement et une stigmatisation des cultes quels qu’ils soient ».