le direct Musique sacrée

Antonin Pujos, ancien banquier, se bat pour que « le bien de la communauté toute entière soit respectée »

Antonin Pujos, secrétaire général de la Zermatt Submit Foundation était le Grand Témoin de Louis Daufresne ce lundi 21 septembre 2020. Ancien banquier, il défend aujourd’hui le bien commun dans son livre  » Viser le bien commun ».

Privilégier le bien commun à l’intérêt général

On peut définir l’intérêt général par opposition au bien commun. L’intérêt général existe de manière démocratique, c’est-à-dire que la majorité des personnes élues décide de ce qu’est l’intérêt général : « On a eu des décisions de prises avec 51% des votes, au détriment des 49% restant. Et cela ne correspond pas au bien commun. » L’intérêt général peut également être décidé de façon autocratique, dans ce cas c’est le dirigeant lui-même qui le définit. Le bien commun, c’est « s’assurer que le bien de la communauté toute entière est respectée ». 

Appliquer le bien commun au quotidien

« Il faut se retrouver à un niveau supérieur, avec des éléments qui nous permettent de nous réunir » explique Antonin Pujos. Pour cela, l’ancien banquier appelle à éviter l’individualisme et l’idéologie. Le bien commun doit « offrir une orientation à l’action » des politiques, et dirigeants.

« Aujourd’hui, si l’on gratte un peu, je pense qu’il est très difficile de trouver des entreprises fidèles à la doctrine sociale de l’Eglise » avoue le secrétaire général de la Zermatt Submit Foundation. Cependant, il faut mettre en place au sein des entreprises le concept de la subsidiarité. « Il ne faut pas que le dirigeant d’entreprise ait un discours de toute puissance », mais il faut donner de la responsabilité aux employés, rapprocher les personnes qui sont concernées par une décision pour leur permettre de participer à cette prise de décision. « Je prends toujours l’exemple des caissières de supermarché. On peut très bien dire de telle heure à telle heure, il me faut dix caissières, vous décidez entre vous. »

Le Zermatt Submit reporté à juin 2021

Le Zermatt Submit a été annulé en raison du coronavirus, et est reporté à juin 2021. Antonin Pujos résume ses objectifs par la formule « humaniser la mondialisation ». Le principe est de remettre l’humain au centre des décisions politiques et économiques mondiales.

>> Pour réécouter l’intégralité de l’interview