le direct Musique sacrée

La Pologne. Une histoire et un présent qui font du pays une exception européenne.

Comment oublier le passé de la Pologne ? Envahie par l’Allemagne en 1939, ce  qui a déclenché la seconde guerre mondiale, occupée par l’ex-U.R.S.S  jusqu’en 1989. Voyons ce qu’est la Pologne aujourd’hui.

Elle est située au centre de l’Europe : sa superficie est de 312 685 km2 et sa population est de 38 millions d’habitants, avec un PIB de 600 milliards d’euro (le quart de celui de la France).

Le pays est délimité, au nord par la Mer baltique, au sud par les Carpates, les Beskides et les Sudètes. Au nord et au centre du pays s’étend une grande plaine, constellée de lacs dans le nord-est (Mazurie). La Pologne compte de nombreuses réserves naturelles et ses parcs nationaux hébergent une faune riche et rare : loups, ours et troupeaux de bisons.

La Pologne est un pays de plaines. 75 % du territoire se situe en dessous de 200 mètres d’altitude et il comprend trois régions naturelles : au nord une plaine côtière et un relief de basses collines avec de nombreux lacs, au centre une région monotone et plate, au sud un relief qui s’élève, avec des plateaux sédimentaires et des chaînes montagneuses (la chaîne des Carpates au sud-est, les monts des Sudètes au sud-ouest). Le point culminant est le mont Rysy (2 499 mètres), dans les Hautes Tatras, à l’extrême sud du pays.                                                                                                                                     Le pays compte deux grands fleuves : la Vistule qui le traverse  du sud au nord, baigne Cracovie et Varsovie et se jette dans la Baltique par un delta dans la baie de Gdańsk, et l’Oder (né en République tchèque), qui traverse la Silésie polonaise, sert de frontière naturelle avec l’Allemagne et rejoint la mer Baltique par la baie de Szczecin. C’est le premier pays d’Europe centrale à retrouver, en 1995, son niveau de production de 1989, avant de connaître un fort développement économique dans la deuxième moitié des années 1990 (5,5 % de croissance en moyenne entre 1994 et 2000). C’est par ailleurs le seul pays de l’Union européenne à ne pas avoir connu de récession en 2009, avec un PIB en hausse de 3,5 % en 2010. En 2015 et 2016, la croissance du PIB a été supérieure à 3 %, notamment dynamisée par la consommation intérieure, grâce à une baisse du taux de chômage à 6,2 % en 2016 et une augmentation du pouvoir d’achat des salariés. En 2018, le taux de croissance atteint 5,1 % et le chômage baisse à 3,9 %.

Le secteur industriel, qui représente un tiers du PIB, concerne la fabrication de machines, le transport et les technologies de l’information et de la communication (TIC). Bien que le secteur agricole emploie 10 % de la population, le secteur des services est en forte expansion et est orienté vers la logistique et les services financiers. L’économie polonaise est par ailleurs très ouverte sur le commerce extérieur, et 87 % de ses exportations sont destinées aux pays de l’UE, du fait de sa position géographique stratégique.                                                                                                                                         Le pays refuse l’immigration et se veut uniquement de civilisation chrétienne, représentée par le pape jean Paul II qui visitera la Pologne communiste dès le début de son pontificat en 1979, puis de nouveau en 1983 et en 1987. Les rassemblements populaires suscités par ses visites, son soutien au syndicat Solidarnosc, auront joué un rôle décisif dans la chute du pouvoir communiste.

Le président Macron semble avoir renoué avec Varsovie : nous retrouverions une alliance historique, liée aux grands moments de notre propre histoire.