le direct Musique sacrée

La Chine : géant certes, mais avec des pieds d’argile ?

Comment juger, avec nos critères européens, une Chine dont la population frise le milliard et demi d’habitants, un chiffre qui représentait l’ensemble de l’humanité au début du XXème siècle ? Nous sommes entrés dans un nouveau monde de sept milliards d’individus, monde que nous analysons toujours avec nos critères traditionnels. Que disent-ils aujourd’hui sur cette Chine géante ?

C’est l’un des plus grands pays du monde. Il partage des frontières avec de nombreux voisins : la Russie et la Mongolie au nord, la Corée du Nord à l’est, le Viêtnam, le Laos, la Birmanie, l’Inde au sud, le Pakistan, à l’ouest. 
Cet immense pays s’est hissé parmi les principales puissances économiques mondiales durant les 30 dernières années, ravissant au Japon la deuxième place en 2010, derrière les États-Unis.

Les villes ont ainsi été littéralement envahies par la population rurale, venue travailler par centaines de millions. Les grandes villes ont vu exploser leur démographie, souvent de manière anarchique, avec les problèmes de gestion et de pollution qui y sont liés. Les villes de Pékin et Shanghai (plus de 20 millions d’habitants chacune), font partie des plus grandes cités du monde et l’on ne compte plus les nouvelles villes qui dépassent le million d’habitants. Le sud du pays accueille également la plus grande aire urbaine mondiale : le Delta de la Rivière des Perles, peuplée de 66 millions d’habitants, soit l’équivalent de la population française !

La politique qui limite à un enfant par famille le nombre de nouveaux-nés a permis de réduire la croissance démographique, politique maintenant abandonnée, mais un certains nombre d’abus ont été commis, favorisant des actes de cruauté. En effet, les parents souhaitent le plus souvent avoir un petit garçon, et abandonnent ou assassinent le bébé s’il est de sexe féminin.

La consommation de masse est devenue la norme, et avec l’équipement en infrastructures, la Chine a rattrapé son retard et s’apprête à prendre un plus grand rôle dans la géopolitique mondiale au détriment des intérêts de ses voisins. Ce qui ne plaît pas aux États-Unis. L’armement à marche forcée accroît les tensions diplomatiques. La Chine revendique des îles situées entre ses côtes et le Japon, ainsi que des territoires montagneux au Tibet, etc. La nouvelle puissance mondiale se lance dans une expansion de sa force militaire, maritime notamment, en ouvrant des bases  éloignées de ses côtes, comme au Pakistan, à Djibouti, en Afrique.

Elle investit économiquement dans le monde entier, afin d’assurer à la fois des accès privilégiés aux ressources naturelles dans de nombreux pays en développement et d’investir en Occident. La Chine est devenue une puissance globale qui cherche à rééquilibrer les pouvoirs mondiaux traditionnels.

Le Covid -19 bouleverse la donne géopolitique d’une Chine qui doit maintenant gérer l’après crise sanitaire. Jusqu’à présent aucun objectif de croissance n’avait été annoncé pour cette année, car au premier trimestre le PIB chinois avait chuté de 7 %.

Malgré tout, sa croissance de 2020, selon la Banque mondiale, serait de 1% et de 8% en 2021 : la seule exception mondiale puisque tous les pays sont dans le rouge avec un  PIB mondial  à moins 5%.

Replaçons les chiffres dans leur contexte socio économique. Le PIB de chaque chinois est de 9 000  dollars face aux 63 000 dollars de l’Américain : un rapport de un à sept. Le critère premier de Pékin est donc sa population, le second son dynamisme, mais le Covid 19 est né en Chine, une Chine qui est de surcroit le premier pollueur de la planète.

Géant aux pieds d’argile ? Géopolitiquement, c’est probable, avec cette croissance qui s’effectue souvent au détriment économique et géopolitique de la planète.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *