le direct Musique sacrée

Japon : l’empire vaincu est le troisième PIB mondial et reste occupé par les Etats-Unis

Rappelons, en introduction, l’histoire de ce  pays asiatique  de 126 000 km2, le quart de la France, qui ne compte que 125 millions d’habitants et a dominé son continent, Chine comprise, durant des décennies. Il a même cru pouvoir défier les Etats- Unis à Pearl Harbour et a subi les premiers bombardements nucléaires de l’histoire. 

Paradoxalement, le Japon vit aujourd’hui sous la protection de Washington, son ancien adversaire, avec 55 000 GI installés à Okinawa, alors que l’ancienne possession nipponne de la Corée du sud compte 15 000 GI, face à une Corée du Nord affirmant disposer de l’arme nucléaire et menaçant périodiquement Tokyo.
Aujourd’hui, le Japon bénéficie du troisième PIB mondial, mais affronte une nouvelle attaque : la vague de contaminations au coronavirus. Il s’agit de la troisième, la deuxième ayant déferlé dès l’été sur le pays. L’impact sur la santé mentale des Japonais commence à se faire sentir et alarme notamment les associations. Les dernières statistiques mensuelles relatives au nombre de suicides sont très alarmantes. Le Japon dénombre 15 à 20% de suicides supplémentaires par rapport à 2019, à la même période. Une hausse de 40% pour les femmes, et même de 75% pour les femmes de moins de 30 ans.
Avec son PIB dépassant les 5 000 milliards de dollars, le double de la France, il conserve sa puissance industrielle. C’est une performance étonnante pour un pays qui a dû entièrement se reconstruire, mais c’est une des qualités de l’esprit samouraï : le travail intensif avec une semaine de 45 heures  et des congés annuels ne dépassant pas quinze jours. Autre particularité japonaise : la rigueur morale. Le vol  n’existe pas et un portefeuille oublié dans la rue sera restitué à son propriétaire. Au niveau national, les prisons sont d’ailleurs à moitié vides : la justice est impitoyable et un suspect en jugement a 99% de risques d’être condamné.
Le Japon bénéficie d’une situation privilégiée dans une région dynamique. Ses particularités : un taux d’épargne national très élevé (environ 23% du PIB),

Alors que la dette publique de 230% du PIB est détenue à 90% par des investisseurs locaux : cette dette est une des plus élevée du monde.

Ses atouts : des produits technologiques avancés et un secteur industriel diversifié avec l’excellent comportement de paiement des entreprises.
Au niveau international, Tokyo a passé un accord commercial avec l’Union européenne et un partenariat trans-Pacifique en décembre 2018.
Si le Japon se compare aux autres pays, il se console : la troisième économie du monde relève la tête à l’image de ses voisins d’Asie-Pacifique. Si les Japonais, avec le masque de rigueur, demeurent vigilants, ils ont le sentiment d’avoir passé le plus gros de la crise. Il apparaît déjà un paysage post-Covid. Des dépenses ont été supprimées du jour au lendemain: plus de dîners ou de voyages d’affaires.
Le consommateur semble avoir muté, dans ce qu’il consomme: «Il vise le petit luxe », s’offrant des fantaisies consommées à la maison, plutôt que des sorties au restaurant, selon un observateur.
L’histoire a appris aux Japonais à se reconstruire : c’est une leçon qui devient aujourd’hui universelle.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *