le direct Musique sacrée

Etats-Unis : l’élection présidentielle s’effectue dans le cadre d’une géopolitique chaque jour plus anarchique. Quel sera l’impact de la covid -19 ?

Au plan international, la politique étrangère américaine reste agressive et imprévisible.

Malgré un accord commercial partiel en janvier 2020, les tensions  avec la Chine perdurent. La plupart des droits de douane étant maintenus : 19% en moyenne début 2020 contre 3% début 2018. Les tensions avec Pékin ne restent pas seulement élevées sur le front commercial avec la multiplication des sanctions liées au sort de Hongkong et des Ouighours : la fermeture du consulat de Chine à Houston en témoigne.   Les menaces à l’égard de l’Europe se font également plus pressantes,  car les pays européens veulent mettre en place une taxe s’appliquant aux géants technologiques.

N’oublions pas que les forces armées américaines sont présentes au Japon, en Corée du Sud et enfin sont parties prenantes dans l’OTAN, pour la mission historique de défense contre l’ex-URSS, avec le paradoxe que la Russie de Poutine ne nous menace plus,  alors que la Turquie, toujours membre de l’Alliance, veut rétablir l’ancien empire ottoman, au détriment de la Grèce et au Moyen Orient (Syrie, Liban).

Avant la covid-19, la géopolitique avait déjà changé de nature pour Washington :

1- En Amérique du sud. Le Brésil, l’Argentine, le Mexique, le Venezuela, pour ne citer que quatre pays en faillite sociétale ou financière, ne sont plus une priorité pour la Maison Blanche.

2- En Europe. Les relations avec l’Union européenne semblent avoir perdu leur caractère politique pour s’en tenir aux relations commerciales avec un leader, l’Allemagne, et le Brexit anglais.

3- En Russie. L’annexion de la Crimée par Moscou n’est admise ni par l’Europe ni par Washington qui limite au minimum leurs relations diplomatiques et commerciales.

4- L’Asie. La question majeure est évidemment celle des relations avec Pékin. La Chine est la deuxième puissance mondiale en PIB et elle veut, à terme, prendre la première place. Les relations, tant commerciales que politiques, sont donc à la fois intenses et concurrentes comme nous l’analysions en début de chronique.
5- Le Moyen Orient. Pour Donald Trump seules les questions pétrolières et Israël l’intéressent dans la région : il privilégie les relations avec l’Arabie saoudite et le Qatar. Pourquoi ? Le prix actuel du baril, très bas, met en faillite les productions américaines de gaz de schiste.

6- L’Afrique. Ce continent n’intéresse peu ou pas les investisseurs américains, avec peut-être une exception : l’Afrique du sud.

Ces courtes synthèses ne doivent pas faire oublier les deux cartes majeures  des Etats Unis : le dollar toujours monnaie de référence mondiale et son budget de la Défense qui représente 48% des dépenses mondiales de l’armement.

Nous parlions de l’ancien monde, car au niveau de la géopolitique mondiale, elle est dominée aujourd’hui par la covid-19 et ses conséquences, même aux Etats-Unis. «Avec entre 100 000 et 200 000 morts, nous aurons fait du très bon travail», estimait fin mars Donald Trump. Moins de six mois plus tard la fourchette haute des prévisions a été dépassée : plus de 200 000 personnes sont mortes du Covid-19  selon les chiffres de l’université Johns-Hopkins. Ce bilan, le plus élevé du monde en valeur absolue serait sous-estimé. Selon les données du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), analysées par le New York Times, ce cap des 200 000 avait déjà été dépassé en août, en prenant en compte la surmortalité depuis mars, par rapport aux années précédentes.

Plus de 6,8 millions de personnes ont été infectées par le virus. En baisse par rapport aux niveaux records enregistrés au cœur de l’été (66 000 par jour fin juillet), le nombre de nouveaux cas de Covid-19 quotidiens dans le pays reste élevé, autour de 41 000. Quant aux décès, les Etats-Unis ont connu en moyenne 770 décès quotidiens.     Aujourd’hui, les plus fortes poussées épidémiques sont constatées dans les Grandes Plaines, au cœur du pays, et dans certains Etats du sud. Le Dakota du Nord et du Sud, le Nebraska, l’Oklahoma ou encore le Tennessee voient leurs niveaux de contamination et de mortalité augmenter.

Malheureusement le covid-19 a déstabilisé la géopolitique  de la planète qui devra faire face en 2021 à des crises économiques et financières.

L’élection présidentielle américaine nous place tous devant l’inconnue des décisions qui seront prises par une Amérique toujours leader mondial.

La France devrait montrer l’exemple de politiques lucides et courageuses et l’histoire a montré que nous en étions capables.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *