le direct Musique sacrée

Programme féérique pour le premier trismestre 2020 au Théâtre des Champs-Elysées

Edith Walter nous partage ses coups de coeur en ce début d’année : à ne pas manquer au Théâtre des Champs-Elysées.

 

Opéra, Oratorio, lyrique

Elsa Dreisig

– Mardi 28 janvier à 20h

Avec le pianiste Jonathan Ware, la jeune soprano Elsa Dreisig à l’ascension fulgurante

nous invite aux derniers voyages den mélodies et lieder de Strauss, Rachmaninov et Duparc.

 

Requiem de Mozart

– Mercredi 29 janvier à 20h

5c7553f12809b385100757Interprétés par des meilleurs chanteurs et musiciens pour le répertoire, ce concert est également à ne pas manquer par la présence de deux œuvres rarement entendues de Werner et d’Albrechtsberger. Emoke Barath (soprano), Anthea Pichanick (contralto), Zachary Wilder (ténor), Istvan Kovacs (basse), Gyorgy Vashegyi (direction), Orfeo Orchestra, Purcelle Choir.

 

La Création de Haydn

– Samedi 1er février à 20h

Entendre La Création de Haydn avec l’Orchestre des Champs-Elysées et le Collegium Vocale Gent dirigé par Philippe Herreweghe, c’est un véritable luxe que l’on peut s’offrir ou offrir à ses proches. Avec notamment Florien Boesch (basse).

 

Messe en ut de Beethoven

– Lundi 3 février à 20h

Parmi les nombreux concerts en cette année des 250 ans de la naissance de Beethoven, on peut toujours redécouvrir des chefs-d’œuvre, comme cette Messe en ut avec le Chœurs, les solistes et l’Ensemble Balthasar-Neumann dirigé par Thomas Hengelbrock. En première partie, outre L’ouverture de Coriolan, Kristian Bezuidenhout joue le 4e Concerto sur un pianoforte.

 

Roberto Alagna

– Jeudi 6 février à 20h

5daec1072e1ee370251836Roberto Alagna invite à un voyage intime, illustrant l’éventail des goûts et de la personnalité de Caruso, mêlé à ses propres coups de cœur. Avec l’Orchestre national de France dirigé par Yvan Cassar.

 

Juditha Triumphants de Vivaldi (version de concert)

– Mardi 11 février à 19h30

Ecrit pour un effectif féminin, cet oratorio de Vivaldi est le seul à être parvenu jusqu’à nous.

L’impressionnante Marie-Nicole Lemieux est Juditha. Avec Ensemble Matheus
Chœur de chambre Mélisme(s), Jean-Christophe Spinosi
 direction

 

La Femme sans ombre de Richard Strauss (version de concert)

– Lundi 17 février à 18h30

Le librettiste Hugo von Hofmannsthal disait à Richard Strauss : « Cet opéra est à La Flûte Enchantée de Mozart ce que notre Chevalier à la rose est à ses Noces de Figaro : non pas une imitation, mais une analogie. » Un chef d’œuvre de Strauss est interprété par d’éminents solistes et l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, sous la direction du charismatique Yannick Nézet-Séguin.

 

Petite Messe Solennelle de Rossini

– Lundi 24 février à 20h

Cette Petite Messe solennelle était à l’origine petite de par ses effectifs – quatre solistes, un chœur mixte et les instruments sont limités à deux pianos et un harmonium -, mais tout à fait solennelle de par son ampleur et son incroyable puissance dramatique. Une seconde version, orchestrée par Rossini lui-même, possède un effectif plus large. C’est la première version qui sera donnée lors de ce concert. Parmi les solistes, on trouve Anthea Pichanik (contralto) et Cyrille Dubois (ténor). Aevc Chœur de la Radio Flamande.

Pour la partie instrumentales, Tanguy de Williencourt (piano) et Bart Rodyns (harmonium). Le tout est dirigé par Bart Van Reyn.

 

Fidelio de Beethoven (version de concert)

– Jeudi 27 février à 19h30

Une magistrale leçon orchestrale de Beethoven et un émouvant hymne à l’amour et à la liberté. Un rôle-titre écrasant ici incarné par l’immense Nina Stemme, qui forme avec

Michael Weinius (Florestan) un couple vocal saisissant. Swedish Chamber Orchestra et
Swedish Radio Choir sont placés sous la direction de Thomas Dausgaard.

 

Renée Fleming / Evgeny Kissin

– Jeudi 19 mars à 20h

Deux stars du chant et du clavier pour une soirée entre romantisme allemand et mélodies françaises : Schubert, Liszt, Debussy et Duparc. C’est la première fois que Kissin est associé au chant, et quel chant ici ! Une rencontre que l’on attend impatiemment.

 

Roberto Devereux de Gaetano Donizetti

– Du 20 au 30 mars

Créé en 1837 au San Carlo de Naples, l’opéra met en scène un complot ourdi par Roberto Devereux, comte d’Essex (Francesco Demuro), contre Elisabeth 1re d’Angleterre (Maria Agresta). Karine Deshayes sera également sur le plateau dans le rôle de Sara. Mise en scène et scénographie de David McVicar. Le Chœur de Radio France et l’Orchestre national de France seront dirigés par Roberto Abbado.

 

Passion selon Saint Jean de Bach

– Lundi 23 mars à 20h

Le maître incontournable dans l’interprétation de Bach, le chef japonais Masaaki Suzuki revient avec son Bach Collegium Japan et ses solistes fétiches, dont le contre-ténor français Damien Guillon. A ne pas manquer sous aucun prétexte !

 

Achante et Céphise de Rameau (version de concert)

– Mardi 24 mars à 19h30

Tout le génie dramatique et coloriste de Rameau irrigue cette pastorale héroïque méconnue que Les Ambassadeurs d’Alexis Kossenko ont fait renaître. Avec une troupe de chanteurs francophones de pointe : Sabine Devieilhe (Céphise), Cyrille Dubois (Achante), Thomas Dolié (Oroès), Chantal Santon-Jeffery (Zirphile)… et Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles.

 

Orchestre invités

Rotterdams Philharmonisch Orkest

– Mardi 18 février à 20h

Retrouvailles parisiennes pour les musiciens de l’Orchestre de Rotterdam et le chef québécois Yannick Nezet-Séguin qui a présidé aux destinées de la formation pendant près de 10 ans. Un rendez-vous placé sous le signe de Mahler et de sa si belle et si grave Cinquième symphonie où l’excellence du pupitre des cuivres de la formation néerlandaise devrait une fois de plus briller.

 

Wiener Philharmoniker

– Mercredi 26,  vendredi 28 et samedi 29 février à 20h

L’Orchestre philharmonique de Vienne donne une intégrale des symphonies de Beethoven dirigées par Andris Nelsons, une personnalité définitivement à la hauteur du défi beethovénien.

 

Philharmonia Orchestra

– Jeudi 26 mars à 20h

Pour ce nouveau rendez-vous, Esa-Pekka Salonen revient avec un « Everest », l’ultime Neuvième de Mahler.

 

Récital de Piano et musique de chambre 

Elisabeth Leonskaja et ses amis en cycle Schubert

– Jeudi 30 et vendredi 31 janvier à 20h

Les deux trios le jeudi et les Quintettes « La Truite » et à deux violoncelles le vendredi, on part volontiers dans un voyage schubertien avec la grande pianiste.

 

Trio Wanderer

– Dimanche 2 février à 11h

Le Trio Wanderer, l’un des trios les plus célèbres jouent le triple concerto de Beethoven avec l’Orchestre de Chambre de Paris, dirigé par la jeune cheffe lituanienne Giedrė Šlekytė, née en 1989… après la création du Trio (en 1987) !

 

Evgeny Kissin

– Dimanche 2 février à 17h

A l’approche de la cinquantaine, Evgeny Kissin a atteint un niveau d’interprétation unique. Il offre un récital entièrement consacré à Beethoven, des sonates célèbres comme « Pathétique », « La Tempête » et « Waldstein » mais aussi les Variations et fugue op. 35.

 

Adam Laloum

– Mercredi 5 février à 20h

Salué pour la poésie et la finesse de son jeu, le pianiste Adam Laloum est l’un des plus sensibles ambassadeurs de cette génération trentenaire de pianistes français Brahms, Schubert et Schumann appartiennent à son panthéon ; il livre une soirée Schubert profonde et émouvante.

 

Quatuor Belcea

– Dimanche 9 février à 11h

Le grand Quatuor Belcea poursuit son intégrale des quatuors de Beethoven dans ce 5e rendez-vous. Au programme : les Quatuor op. 18 n° 5, « Razumovsky » n° 3 et op. 127.

 

Grand week-end violoncelle

– Vendredi 21, Samedi 22 et Dimanche 23 février

Truls Mork avec Behzod Abduraimov, Victor Julien-Laferrière avec Justin Taylor et Jonas Vitaud, Alexander Kniazev avec Andrei Korobeinikov, Pablo Ferrandez avec Luis Del Valle, et enfin, Sheku Kanneh-Mason avec Isata Kanneh-Mason : cinq grands violoncellistes se succedent avec leurs pianistes, dans des programmes qui révèlent leurs personnalités.

 

Alexander Melnikov et Andreas Staier

– Dimanche 1er mars à 11h

La complicité d’Alexandre Melnikov et d’Andreas Staier pour faire briller Schubert à quatre mains.

 

Ensemble Les Surprises

– Dimanche 8 mars à 11h

Avec le programme « Purcell in love », l’Ensemble Les Surprises nous entraîne au cœur du voyage amoureux de Purcell, avec la soprano Eugénie Lefebvre et le baryton Etienne Bazola.

 

Nikolaï Lugansky

– Samedi 21 mars à 20h

Lugnasky n’a pas son pareil dans Rachmaninov, Prokofiev et Tchaïkovski mais le piano de Beethoven et César Franck appartiennent également à son univers depuis longtemps. Un récital qui s’annonce déjà grandiose.

 

Michel Portal, Michel Dalberto et Elena Galitskaya

– Dimanche 22 mars à 11h

La clarinette à l’honneur chez Brahms et Schubert, servi par le maître en la matière Michel Portal, le pianiste Michel Dalberto et la soprano russe Elena Galitskaya.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *