le direct Musique sacrée

Solidarité Covid-19 : comment aider les plus démunis malgré le confinement ?

Pour les personnes à la rue ou en grande précarité, le coronavirus c’est la double peine. De par l’isolement supplémentaire qu’il génère et par le manque de moyens dont les associations disposent désormais pour leur venir en aide tout en respectant les mesures d’hygiène.

« J’ai juste besoin d’une soupe chaude. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a plus personne dans les rues, qu’est-ce qu’il se passe ? Ce message, c’est celui d’un SDF posté ce jeudi 19 mars sur le réseau Entourage qui permet de créer du lien avec les sans abris. Depuis quelques jours, une question récurrente a fait irruption sur les réseaux sociaux et dans les médias : qu’adviendra-t-il des personnes les plus démunies pendant cette période de confinement ? Depuis lundi soir et les mesures du chef de l’Etat pour un confinement général de la population, l’inquiétude des associations caritatives ne fait que grandir. 

A l’image des rues de Paris et d’autres villes françaises désertées, on l’imagine bien, la mendicité ne donne plus rien. Outre le fait d’être à la merci des virus qui circulent, les personnes à la rue ont des difficultés supplémentaires pour accéder à un approvisionnement quotidien, quand restaurants, lieux d’accueil, cantines sont fermés.  “Jamais les sacrifices [demandés aux citoyens] (…) ne doivent mettre en cause l’aide aux plus fragiles”, a pourtant rappelé Emmanuel Macron. Mais comment protéger toute la population sans ne laisser personne sur la touche ? 

Les associations s’organisent

Des mesures d’urgence ont ainsi été annoncées par le président dès les premières minutes de son discours. Ainsi, la trêve hivernale sera prolongée de deux mois. Côté associations, l’heure est encore à la réflexion. “Nous faisons au mieux pour gérer l’urgence et nous réorganiser. Nous sommes au tout début, tout reste à inventer”, précise Jean-Marie Destrée, délégué adjoint de Caritas France. Le principe même de l’aide à autrui est remis en cause par le confinement. “Surtout que la plupart de nos bénévoles sont des personnes de plus de soixante ans qui sont considérées comme fragiles. Il va donc falloir trouver des solutions nouvelles”, conclut-il. Même constat chez les Restos du coeur qui ont dû fermer plusieurs de leurs centres fautes d’effectifs bénévoles suffisants. “On s’oriente davantage vers la préparation de paniers, de paquets qu’on distribue quand c’est possible dehors”, fait savoir Yves Mérillon, membre du bureau national. “Les rassemblements au camion n’ont pas été supprimés mais nous nous assurons que les gens restent uniquement le temps de prendre leur repas et qu’ils ne s’attardent pas. Les seuls moments de convivialité auxquels tiennent les personnes que nous rencontrons seront par défaut évités”, déplore Yves Mérillon. Du côté du Secours populaire, même programme : « les aides d’urgence et les maraudes sont assurées quotidiennement à Paris pour les personnes les plus précaires et fragiles”, informe le communiqué. 

Outre l’aide alimentaire, l’autre priorité formulée par les associations relève du logement. Or, faut-il rappeler que 4 millions de personnes en France sont mal logées, dont 143 000 (et 3600 personnes rien qu’à Paris) sont sans domicile d’après le dernier rapport sur l’état du mal-logement en France. Interrogé par nos confrères de “Brut”, le délégué général de la fondation Abbé-Pierre, Christophe Robert a ainsi appelé à mutualiser les forces publiques et privées pour “créer de nouveaux centres d’accueil. Des hôtels vides pourraient être utilisés pour confiner des personnes SDF. Il faut qu’on garde notre sang-froid qu’on travaille main dans la main”, a-t-il expliqué.

Des élans de solidarité citoyenne

Ainsi, comme souvent dans les périodes de crise comme celle-là, la France du nord au sud est traversée par de nombreux élans de solidarité. Si les réseaux sociaux accueillent des messages d’entraide (des personnes proposent de laisser leurs appartements vides pour les personnels soignants, des restaurants offrent gratuitement leur marchandise…) sous couvert du hashtag #SolidariteCOVID19, les associations comptent déjà par dizaines des appels de particuliers proposant des services. “Dans cette crise, la solidarité citoyenne aura certainement un rôle”, atteste Jean-Marie Destrée.

Cette solidarité citoyenne, bien que bridée par la réclusion, peut prendre plusieurs formes. 

Quels conseils donner ? 

 

  • S’interroger autour de soi sur la présence de personnes fragiles, « faire cette liste et tenter de savoir dans quelle mesure elles ont besoin d’aide”, explique Jean-Marie Destrée, et se charger de les appeler tous les trois jours« . « Quant au SDF au coin de la rue, il nous est autorisé de sortir pour prendre l’air, de s’arrêter à bonne distance, de lui demander s’il a des besoins particuliers (alimentation, produits d’hygiène…)« .  
  • Le numérique constitue aussi en ces temps de distanciation sociale un moyen de recréer du lien essentiel. Un outil vient justement en aide aux plus démunis. Il s’agit de l’application numérique “Entourage” qui aide à constituer des liens de solidarité au coin de la rue. Elle permet ainsi de connaître les demandes d’aide des SDF à proximité de son domicile ou de proposer soi-même de l’aide et des dons. Des groupes d’entraide ont également émergé sur les réseaux sociaux. C’est le cas de la page « G_besoin_2 » sur Instagram qui relaie des demandes de personnes vulnérables et isolées pendant la quarantaine.
  • « Les dons sont aussi une manière d’apporter son soutien sans risquer pour sa santé et celle des autres«  comme le rappelle notamment les Restos du coeur à travers la voix d’Yves Mérillon. De nombreuses associations comme les Restos du coeur ou le Secours populaire ont récemment fait des appels aux dons.
  • Partager de l’information : “Si vous croisez une personne SDF, informez-là de l’ampleur de la crise et communiquez sur les bons gestes à adopter dans la mesure du possible (se laver régulièrement les mains, tousser dans le pli de son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, saluer sans serrer la main) et leur signaler les éventuels points d’eau disponibles à proximité”, indique le site Entourage.

Commentaires

  1. Bonjour,
    en ces temps difficiles du au COVID-19, et étant confiante de la gravité de cette pandémie et en confinement chez moi.
    Je suis toute l’actualité et je viens par ce message proposer de ma propose initiative mon aide aux personne très qui en aurais besoin et je site : remplacer une caissière, faire des courses de premières nécessités, allez a la pharmacie, ou appeler au téléphone des personnes seule pour rompre leurs solitude.
    Je vous donne mon téléphone : 06 62 72 44 97
    Adresse : 9bis rue des Alberts – 66690 St André
    N’hésitez pas si vous avez besoin de ma collaboration auprès de personne qui ne peuvent pas ce déplacer.
    Cordialement
    Ghislaine Lepage

  2. Bonjour,

    Psychologue de formation, je suis réquisitionnée pour travailler à mi-temps au sein de mon poste. J’ai effectué une collecte dans mon immeuble, un ami également afin d’aider les plus démunis. Avez-vous besoin d’aide pour les maraudes etc ? Comment est-il possible de vous donner les objets, vêtements,savon, nourriture, récoltées ?
    Bien à vous 

    Audrey THIBAULT
    0786865220

  3. Bonjour, je n’ai pas les moyens d’aider l’association financièrement car je suis moi même demandeur d’emploi. Néanmoins j’aimerais être à l’écoute des autres surtout les personnes seules ou âgées qui n’ont personne à qui parler.

    Merci

  4. Je vous félicite par votre disposition, j’aimerais pouvoir en faire autant . mais qu’à.je été employé de maison.nounou pendant 15 ans e 12 cafetière à l’hôtel.mais pas de diplôme et tout ce qu’on demande c’est d’avoir un diplôme pour pouvoir aider.exemple pour aider une personne âgée l’important c’est d’avoir beaucoup de cœur le reste suis merci . Rodrigues Alice

  5. bonjour, j’aimerai donné de mon temps au personne qui aurai besoin d’aide ,course ,pharmacie ,promener les animaux , ou faire peut étre la lecture exct… mon numéros 0660531622 j’habite a fréjus
    a bientot je l’espère prenez bien soin de vous et aidons tout le corp médicale en sortant le moin possible car sans eux il n’y aurais pas de guérison

  6. ancien pompier professionnel si je peux rendre service ce sera avec plaisir
    je suis dans le 41
    0631623069

  7. Bonsoir
    Je suis dans l’incapacité d’aider financièrement, j’ai u enfant de 8ans et demi. Je suis sur Mulhouse
    Mais malgré tout je veux venir en aide tout en respectant les normes de sécurité.
    Voici mon mail
    Benaoudazina53@gmail.com
    Cordialement

  8. Bonjour
    Je suis Étudiante en 1ère année en sophrologie je peux proposer mes services aux personnes qui en ont besoin par Skype pour des séances simple de respiration ou simplement pour discuter

  9. Bonjour,
    Je suis psychologue clinicien et thérapeute en exercice
    depuis 40 ans.
    Comment puis je aider en soutient psychologique
    hôpitaux ou particuliers.
    Disponible tous les matins de 9h-12H
    TEL 0139121080 // 0673431448
    Merci de vos infos
    Courage et patience

  10. BOnjour je suis en confinement à Saint Maurice (près de Charenton et de Joinville dans le 94) . J ai 65 ans et je propose de faire les courses pour les gens âgés ou immobilisés avec des petits enfants dans le respect de ma zone géographique. Me joindre par mail ou au 0619437004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *