le direct Musique sacrée

Père Hamel : Quatre ans après, où en est le procès en béatification ?

Quatre ans après l’attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray, la figure du père Hamel assassiné par deux terroristes islamistes reste un symbole qui fait l’unanimité parmi les croyants ou non-croyants et dont le statut de martyr pourrait être bientôt validé par Rome.

Illustration père Jacques Hamel 1

Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était assassiné en l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en pleine messe, par deux terroristes se réclamant de Daech. Quatre ans après, un hommage en présence du ministre de l’Intérieur et des cultes, Gérald Darmanin, lui a été rendu, après une célébration eucharistique dans l’église où le père Jacques Hamel a été exécuté.

Le ministre de l’Intérieur, qui inaugurait à cette occasion sa première intervention publique concernant les relations entre l’Église catholique et la République française, a déclaré que «mettre à mort un prêtre (…), c’est tenter d’assassiner une partie de l’âme nationale. Quatre années après, nous nous souvenons de l’action du père Hamel et nous nous souvenons de ce drame. (…) Nous n’oublions pas que le père Hamel est mort sous les coups de la barbarie la plus infâme et la plus aveugle, celle commise au nom d’une idéologie meurtrière ».

Un discours qui s’inscrit dans la continuité de celui de Mgr de Moulins Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, soulignant que le père Hamel a été « assassiné pour aucune autre raison qu’il était prêtre catholique et qu’il célébrait la messe, a fait ressurgir le visage de tant et tant de bons prêtres, de saints prêtres, qui ont servi comme ils devaient servir, sans éclat particulier, en apportant à beaucoup consolation, espérance, confiance, dans les drames petits ou grands de la vie, et aussi, réflexion, exigence morale, appel à vivre dans la lumière, dans le cours ordinaire de l’existence ».

 

Un dossier validé par Rome

 

Des ténèbres semble donc avoir émergé la lumière, comme en témoigne aujourd’hui le procès de béatification du père Hamel, bientôt considéré comme martyr par l’Eglise catholique. Déposé au printemps 2019 à Rome, le dossier de béatification du père Hamel reste toujours à ce jour entre les mains de la Congrégation romaine pour les Causes des Saints, communément appelée la « fabrique des saints ». L’archevêque de Rouen, Mgr Lebrun, qui a présidé la phase diocésaine du procès de béatification, a toutefois reçu des mains de Rome au printemps 2020 une annonce de la validité de l’enquête diocésaine. « Sur la base de son avis, je peux vous informer que, en ce qui concerne l’enquête diocésaine citée, la procédure canonique prévue pour les Causes des Saints a été fidèlement respectée et que, en conséquence, le tribunal de l’Archidiocèse de Rouen, dans le recueil des preuves documentaires et testimoniales, a agi d’une manière juridiquement valide », a écrit le cardinal Giovanni Angelo Becciu, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Par conséquent, si le dossier a été reçu d’un point de vue juridique, la suite appartient désormais à Rome. Enfin, pour ce qui est du volet judiciaire concernant l’attaque du 26 juillet 2016, l’enquête semble toucher à sa fin. Les deux assassins du prêtre ayant été tués le jour de l’attaque, l’enquête n’a porté que sur des complices présumés. Elle pourrait ainsi être refermée à l’automne 2020, comme nous informent nos confrères du Figaro.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *