le direct Musique sacrée

Pâques au balcon

Cette année, Pâques n’aura pas la même saveur pour les croyants du monde entier, alors que plus de la moitié de l’humanité est en confinement. L’Eglise catholique s’organise pour apporter des célébrations alternatives, souvent insolites.

C’est la fête la plus importante de l’année pour la communauté catholique. Pâques rassemble familles et proches et, comme noël, donne tout son sens à la notion de partage et de proximité. Des notions qui doivent aujourd’hui être réinventées à cause du confinement. En effet, cette année, aucune messe publique des fêtes de Pâques ne peut avoir lieu, sinon à huis clos. Outre la tristesse, cette épreuve soulève aussi beaucoup de résilience et d’imagination chez les fidèles. L’Eglise catholique partout à travers le monde se mobilise pour apporter un semblant de fête. D’inhabituelles célébrations pascales ont ainsi été partagées sur internet offrant parfois des situations insolites. 

Fait historique dicté par la gravité des circonstances, l’archevêque Monseigneur Aupetit a béni à l’occasion du jeudi saint, la capitale et ses habitants depuis l’esplanade de la basilique du Sacré-Coeur. « Je voulais marquer ça tout spécialement en demandant au seigneur de bien vouloir aider tous ceux qui se mettent au service de leurs frères, que ce soit les soignants, les gens qui aident les autres à avoir de la nourriture », a-t-il précisé à l’AFP. L’archevêque de Paris est décidément coutumier des situations exceptionnelles. Après un temps de Pâques au goût amer en 2019 marqué par l’incendie de Notre-Dame, Mgr Michel Aupetit, a observé en ce vendredi saint un temps de méditation dans la cathédrale qu’il n’avait pas foulé depuis juin dernier : “Pour la 2ème fois depuis l’incendie, je vais pouvoir entrer à nouveau dans Notre-Dame de Paris en ce Vendredi saint. » 

Des bénédictions en hélicoptère

De l’autre côté de l’Atlantique, au Panama, les processions de la Semaine Sainte s’en sont aussi trouvées bouleversées. Ainsi, l’archevêque du Panama José Domingo Ulloa a pratiqué la bénédiction… depuis les airs, à bord d’un hélicoptère. Masque sur le visage et ostensoir dans une main, il a survolé la ville de Panama et ses alentours. A terre, certains habitants avaient orné leurs maisons de branches et de feuilles de palmier pour recevoir cette bénédiction. 

Des processions sur les réseaux sociaux

Aidés par la technologies, les catholiques espagnoles coutumiers des processions festives en cette période, ont bien décidé de maintenir leurs célébrations, avec quelques adaptations. Faute de pouvoir descendre dans la rue, ces processions sont transférées sur les réseaux sociaux. Chaque jour, les confréries qui organisent habituellement ces événements, diffusent des photos des statues qui auraient dû défiler dans les villes. L’esprit festif sort de l’écran, quand, chaque soir après les applaudissements destinées au personnel médical, des badauds diffuse la musique des marches religieuses à plein volume depuis leurs fenêtres. 

Le confessionnal en mode « drive-in »

Enfin, la semaine précédant la fête de Pâques est l’occasion pour les catholiques du monde entier de demander le sacrement de réconciliation. Difficile dans ces conditions de se faire confesser sans sortir de chez soi. En Pologne, l’Église semble avoir trouvé une alternative efficace : le drive-confessionnal ! Un  prêtre de Varsovie a ainsi réquisitionné un parking proche de son église pour accueillir ses fidèles. Chacun assis dans sa voiture, fenêtre baissée, peut ainsi échanger en respectant les mesures sanitaires requises. L’idée reprise dans d’autres villes polonaises, a été lancée aux Etats-Unis au début du confinement dans l’Etat du Maryland. L’épiscopat s’est en effet adapté au contexte actuel pour assouplir la doctrine. Si la confession par téléphone ou sur internet n’est pas valide, elle est autorisée dans un endroit autre que l’église et le confessionnal.