le direct Musique sacrée

Les religions en union de prières contre le coronavirus

Les leaders religieux ont été invités par le Haut-Comité de la fraternité humaine à une journée de prière mondiale ce jeudi 14 mai en pleine crise du coronavirus.

On sait d’ores et déjà que le coronavirus a fait 297 000 morts dans le monde à date. Si le déconfinement s’enclenche petit à petit en France et ailleurs, la bataille n’est pas gagnée. D’ailleurs d’après l ‘Agence européenne des médicaments (EMA), un vaccin contre la maladie pourrait être prêt d’ici un an dans un scénario « optimiste ». Ainsi, le Haut-Comité pour la fraternité humaine a appelé mardi dernier les leader religieux à suivre ce 14 mai une journée mondiale de prière contre le COVID-19. Cet appel interreligieux est adressé à tous les « frères croyants en Dieu, le Créateur » et aux « frères en humanité partout dans le monde ».

 

« Que Dieu arrête cette tragédie »

 

Ce jeudi, le pape François à Rome et le grand imam Ahmed al-Tayeb au Caire ont conjointement répondu à cet appel pour mettre fin à la pandémie. Le « chef spirituel » du milliard de catholiques dans le monde a débuté sa messe à Sainte-Marthe en rappelant ce moment d’union dans la prière à l’occasion de la Journée de prière, de jeûne et d’œuvres de charité promue par le Haut-Comité de la Fraternité humaine. « Nous sommes tous frères. Saint François d’Assise disait :“tous frères ». Et c’est pour cela que, hommes et femmes de toute confession religieuse, nous nous unissons aujourd’hui dans la prière et dans la pénitence, pour demander la grâce de la guérison de cette pandémie« , a-t-il précisé. « Que Dieu arrête cette tragédie » a imploré le Saint-Père avant d’attirer l’attention sur une autre tragédie, celle de la famine. François a ainsi rappelé que 3,7 millions de personnes sont mortes de faim depuis les quatre premiers mois de l’année.

 

Une instance créée en 2019

 

Depuis le Caire, le grand imam d’Al-Azhar a invité les croyants à « implorer Allah tout-puissant de soustraire tous les humains de ce malheur et d’aider les scientifiques à réussir à trouver un remède ». Les deux chefs religieux avaient signé en 2019 à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) un « document sur la fraternité humaine » au moment de la création du Haut-Comité pour la fraternité humaine. Cette instance appelle à la liberté de croyance et d’expression, à la protection des lieux de culte, et prône une pleine citoyenneté pour les minorités discriminées. Les deux leaders de confession catholique et musulmane avaient été rapidement rejoint au sein de cette structure par un représentant du culte juif, le rabbin Bruce Lustig.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *