le direct Musique sacrée

Les polices du monde face au défi du confinement

3,9 milliards d’individus ont réduit leur liberté de mouvement pour freiner la propagation du coronavirus. Pour maintenir cette population confinée, les forces de police du monde entier font parfois preuve d’inventivité.

Plus de la moitié de l’humanité est désormais confinée d’après un décompte réalisé la semaine dernière par l’Agence France-presse (AFP). Certains pays comme la France, l’Italie, l’Inde ou encore l’Afrique du Sud ont adopté un confinement total. D’autres comme l’Allemagne, les États-Unis ou l’Australie se sont astreints à un confinement partiel, dans des conditions d’application plus ou moins fermes. 

Aussi, comment contraindre plus de 3,9 milliards d’individus à rester chez eux alors même que les beaux jours arrivent ? Les méthodes et la créativité varient d’un pays à l’autre. En France, le nombre de 480 000 contraventions a été dépassé depuis le début du confinement le 17 mars dernier, selon Christophe Castaner interrogé aujourd’hui sur France Info. Ainsi pour éviter de verbaliser les badauds, la police marseillaise a déployé des drones capables d’émettre des messages de prévention à la population. Le système déjà testé en Chine plusieurs mois auparavant vient d’être activé dans la cité phocéenne afin d’inviter les passants à rentrer chez eux en cas d’absence de motif valable de sortie. 

Les nouvelles technologies au secours des forces de l’ordre

La Tunisie, placée en confinement total depuis le 20 mars, a elle aussi recours aux nouvelles technologies pour faire respecter la mise en quarantaine. Des robots patrouilleurs sillonnent les rues de Tunis et pratiquent des contrôles d’identité. La caméra du robot met les individus interpellés en liaison avec des agents de sécurités missionnés par le ministère de l’Intérieur tunisien.

 

C’est forcément avec une pointe d’humour belge que la police bruxelloise a appelé ses concitoyens à rester chez eux. Ils ont pu entendre, via les haut-parleurs d’une voiture de police, une parodie du titre “Y’a le printemps” qui chante de Claude François, remasterisée version confinement “ »reste à la maison, même s’il y a le printemps, qui chante… ».

 

C’est dans une ambiance nettement moins printanière que les autorités colombiennes ont alerté les colombiens réfractaires au confinement. Ils ont ainsi choisi de parcourir la ville à bord d’un corbillard pour simplement “inviter les citoyens à réfléchir et à rester chez eux”, a expliqué Deisy Aponte, agent de la police de Medellin. 

 

Imagination et humour au rendez-vous

L’Inde, deuxième foyer démographique du monde, a décidé de cloîtrer sa population habituée à la foule et à la proximité une semaine après la France. Un défi qu’a décidé de relever sa police qui ne manque pas d’ingéniosité. Ainsi, un agent est apparu affublé d’un casque coloré représentant le coronavirus. Par ailleurs, des images montrant des policiers qui appliquent la politique du bâton et de l’humiliation nous sont parvenus. 


De même aux Philippines, il est déconseillé de s’aventurer dans les rues sous peine d’être victime de policiers zélés. Dans une allocution télévisée, Rodrigo Duterte, qui a d’ores et déjà habitué sa population à une gestion autoritaire du pays, a indiqué qu’il autorisait la police à faire feu en cas de non-respect des mesures. Ces déclarations ont toutefois été tempérées par les propos du chef de la police philippin, Archie Gamboa. Ce dernier a en effet assuré que les forces de l’ordre ne commenceraient pas à tirer sur les fauteurs de troubles.

Preuve que la sensibilisation n’est pas toujours synonyme de violence, à Gaza, un pâtissier palestinien a créé un “gâteau corona” particulièrement d’actualité. La pâtisserie représente une femme coiffée d’un masque bleu de protection. Derrière l’effet humoristique, la création a vocation à transmettre les bons gestes en matière d’hygiène.