le direct Musique sacrée

Le parvis de Notre Dame de Paris a rouvert

 « Elle aussi, elle est déconfinée! »: le parvis de Notre-Dame a rouvert dimanche, jour de Pentecôte, plus d’un an après l’incendie de la cathédrale, un « symbole » salué par gouvernement, maire, diocèse de Paris et badauds.

« C’est un moment très important que cette réouverture du parvis qui était attendue depuis un an« , et a tardé « à la fois du fait de la pollution au plomb et ensuite des questions de confinement« , a salué le ministre de la Culture Franck Riester, venu marquer ce « très beau symbole ».

« Notre-Dame, c’est l’âme de Paris », « elle est belle, elle est là, elle a tenu » et « c’est une forme presque de renaissance aujourd’hui », a renchéri la maire Anne Hidalgo devant la presse, juste devant la façade de l’édifice illuminée de soleil. A leurs côtés l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a vu dans l’ouverture le jour de la Pentecôte « un signe extraordinaire », « comme une libération« .

Après l’incendie du 15 avril 2019, le parvis et la rue du Parvis avaient été fermés immédiatement en raison de la pollution au plomb, qui a fondu notamment lors de la disparition de la flèche. Après un avis favorable de l’Agence régionale de Santé d’Ile-de-France vendredi, le préfet de police de Paris a autorisé la réouverture des deux lieux.

Mme Hidalgo a précisé que le sol du parvis avait été traité avec une « résine transparente » et brillante, et qu’un nettoyage serait assuré deux fois par semaine. Cette réouverture est une « première étape pour retrouver Notre-Dame », a insisté Franck Riester, lors d’une brève visite surprise sur le parvis qui commençait doucement à se remplir.

« Un petit pas »

Le chantier destiné à sécuriser Notre-Dame incendiée, suspendu à la mi-mars pour cause de coronavirus, reprend très progressivement, avec toujours pour objectif de redonner vie à la cathédrale d’ici 2024, conformément à l’objectif des cinq ans fixé par Emmanuel Macron. Selon le général Georgelin, la réouverture du parvis est « un petit pas » en vue de cette échéance. Et « rien n’ébrèchera » sa confiance dans ce calendrier, malgré des travaux titanesques.

Les travaux de démontage de l’échafaudage – 10.000 tubes de métal tordus et soudés – qui ont déjà démarré dans leur phase préparatoire, entreront à partir du 8 juin « dans la dernière phase ». « La plus spectaculaire », a-t-il ajouté auprès de l’AFP.

Faut-il installer une chapelle sur le parvis avant 2024 ? Mgr Michel Aupetit a indiqué qu’il y aurait « sans doute quelque chose de plus modeste« , le recteur évoquant une possible « représentation de la Vierge » en ce lieu où passent des millions de visiteurs chaque année.

Avec AFP