le direct Musique sacrée

Jean Vanier : l’affaire vue par le responsable international de L’Arche, Stephan Posner

Il était grand philanthrope, fondateur d’une oeuvre associative mondialement connue et est aujourd’hui accusé de violences sexuelles. Une enquête menée à l’initiative de son association, l’Arche, révèle la face cachée de Jean Vanier.

Jean_Vanier_(2012,_cropped)

La nouvelle a fait l’effet d’un coup de massue au sein de la communauté catholique. Une enquête interne diligentée par l’association de l’Arche, fondée par Jean Vanier, l’accuse d’avoir commis des abus sexuels sur plusieurs femmes entre 1970 et 2005. Considéré comme une personnalité catholique irréprochable, Jean Vanier, décédé en mai 2019, est précisément taxé d’avoir reproduit les agissements du père Thomas Philippe, savant dominicain et aumônier de l’Arche, condamné par l’Eglise pour actes de déviance sexuelle. 

La face cachée de Jean Vanier

Reçu dans le cadre de l’émission Le Grand Témoin présentée par Louis Daufresne, Stephan Posner, responsable international de l’Arche, s’est expliqué sur les ressorts de l’enquête accablant les deux hommes. Les premières révélations mettant en cause le père Thomas Philippe remontent à 2014. Après avoir reçu les plaintes de deux victimes du père Thomas Philippe au sein de l’association, l’Arche demande l’ouverture d’une enquête canonique en accord avec Jean Vanier. “Depuis 2014, nous avons eu beaucoup d’occasions d’interroger Jean Vanier sur sa connaissance du père Thomas. Il a toujours revendiqué son ignorance à ce sujet-là”, déclare Stephan Posner. 

 

 

Quelle relation entretenaient-ils ? Vraisemblablement celle d’un père spirituel et son disciple. Comme l’affirme l’un des responsables de l’Arche, Jean Vanier fait la connaissance du père Philippe dans les années 1950 au sein du centre international d’enseignement théologique des laïcs, « L’Eau vive » fondée par le moine dominicain. En 1956, le père Philippe est interdit d’exercice de tout ministère sacerdotal et en particulier d’accompagnement spirituel. A l’époque, le motif de cette mise au placard n’avait jamais été révélé par Rome. “Pendant très longtemps, on a davantage pensé que sa condamnation était liée à un différend théologique entre lui et d’autres courants de l’église”. 

Délire mystico-spirituel

Ces accusations datant de 2014 sont corroborées cinq ans plus tard par de nouvelles plaintes de la part de six femmes. Cette fois, le fondateur de l’Arche est directement incriminé. “Les témoignages sont similaires aux précédents, et font état de relations sexuelles sur fond de délire mystico-spirituel. Nous décidons dans les semaines qui suivent de déclencher une nouvelle enquête cette fois confiée à un organisme britannique spécialisé dans le conseil pour la protection contre l’exploitation et l’abus sexuel”, explique Stephan Posner. Les témoignages de ces victimes sont alors appuyés par des preuves documentées : les archives du saint Office qui étaient jusqu’alors verrouillées et qui donnent accès aux correspondances entre les deux hommes.

Aujourd’hui les données relevées par l’enquête montrent que Jean Vanier était informé depuis des décennies des actes commis par le père Philippe et que pire, lui-même en était également l’auteur. “Entre 1956 et 1964, le père Thomas, Jean Vanier et quelques femmes sont restées en relation étroites, et il aurait partagé certaines des pratiques initiées par le père Thomas”, détaille Stephan Posner. 

 

 

Mobilisée sur l’affaire depuis plusieurs mois, l’Arche entame aujourd’hui une nouvelle phase de travail, basée sur la recherche et l’écoute des victimes. “Je vais devoir faire ce processus de deuil entre cet homme que j’ai très profondément aimé et cet aspect de sa personnalité que je découvre aujourd’hui”. De nombreux représentants de la communauté catholiques s’unissent aujourd’hui pour faire part de leur stupeur et leur douleur à la lecture de cette enquête, comme le montrent successivement les communiqués de la Corref et de la CEF. Elles soulignent le caractère contradictoire des actes de Jean Vanier « avec tout ce qu’il a écrit et dit durant sa vie à l’Arche ».