le direct Musique sacrée

Incendie de la cathédrale de Nantes : l’appel à la prière de la CEF

« C’est non seulement une part du patrimoine religieux qui est détruit mais aussi un symbole de la foi catholique qui est entamé ». La déclaration des évêques de France après l’incendie de la cathédrale de Nantes.

La Conférence des évêques de France (CEF) apporte son soutien et sa prière aux fidèles diocésains de Nantes qui assistent à l’incendie de leur cathédrale. Après l’incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019 et celui de cette même cathédrale de Nantes en 1972, c’est non seulement une part du patrimoine religieux qui est détruit mais aussi un symbole de la foi catholique qui est entamé, blessant le cœur de toutes celles et tous ceux pour qui ces édifices sont des lieux de prière, des refuges spirituels, des repères pour leur foi.

La CEF appelle tous les catholiques à s’unir dans une prière de soutien aux catholiques du diocèse de Nantes.

Depuis Bruxelles, le Président de la République, Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, pour lui dire sa compassion. Il a tenu à exprimer le lien qui unit la communauté nationale à la communauté catholique devant ce nouveau drame. Mgr Eric de Moulins-Beaufort a formé le vœu qu’il ne s’agisse que d’un accident (une enquête sera nécessaire), a salué qu’il n’y ait pas mort d’homme et a ajouté que cela rendait plus urgent la mise en oeuvre du plan de sécurité évoqué lors de l’Instance de dialogue entre le gouvernement et l’Eglise Catholique à l’Hôtel de Matignon le 9 mars 2020.

Communique de la CEF


Ce matin 18 juillet 2020, vers 7h30, les pompiers ont dû intervenir à la Cathédrale de Nantes sur un incendie touchant le grand orgue et la verrière du 15ème siècle, tous deux préservés lors du grand incendie de 1972. L’incendie les a détruits. « Après l’incendie de notre cathédrale en 1972 et celui de la basilique Saint Donatien en 2015, ce drame plonge à nouveau les chrétiens de Loire Atlantique dans une grande tristesse », a déclaré le diocèse, « pour eux, la cathédrale, chef d’œuvre architectural, est surtout l’église mère du diocèse – elle tire son nom de la cathèdre, siège de l’évêque. Elle est le lieu des rassemblements où se vivent les événements importants de son histoire ». Le Père François Renaud, administrateur diocésain et le père Hubert Champenois, recteur de la cathédrale, appellent les catholiques du diocèse à s’unir dans la prière. Ils ont également salué l’engagement des pompiers, des policiers et de la société civile.

 

Nous ne sommes pas abattus ; « qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ? (…) en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés » (Rm 8, 35.37).