le direct Musique sacrée

Pandémie et moral des Français : « c’est l’homme qui en prend un coup ! »

En Quête de Sens sur le moral des Français qui connaît sa chute la plus brutale depuis 1972. Pour en parler, Marie-Ange de Montesquieu reçoit Viviane Kovess-Masfety, François Dubet et l’abbé François Cléret.

Ce sondage évoque le moral des ménages par rapport à la situation économique, rappelle Viviane Kovess-Masfety, « ça compte mais ce n’est pas à confondre avec le niveau du moral réel ». « On est un pays assez étrange qui se caractérise par un pessimiste presque permanent, le « c’était mieux avant », ajoute de son côté François Dubet, « les Français ont une étrange défiance à l’égard des institutions, une absence de confiance en les autres ».

« Les Français nous disent : la société va mal, la société va s’effondrer mais eux, ça va pas si mal que ça »

L’abbé François Cléret le redit : « il ne faudrait pas donner à penser que nous sommes la religion qui profite du malheur des autres, on est tous touchés, tous dans le même bateau ». Pour le curé de la paroisse de La Flèche, « cette crise sans précédent remet en cause tout ce sur quoi on vivait jusqu’à présent… C’est l’homme qui en prend un coup. Il reprend consience de sa vulnérabilité ». Il s’interroge : cette remise en cause sera durable ou passagère ? « Une fois la crise passée, l’homme aura-t-il retrouver plus de sagesse et sera-t-il capable de plus de fraternité ? ».

Les invités de Marie-Ange de Montesquieu :

Viviane Kovess-Masfety, médecin psychiatre ayant suivi parallèlement une formation en statistiques et en épidémiologie en France

François Dubet, sociologue à  l’université de Bordeaux et auteur de « Le temps des passions tristes » (Seuil)

Abbé François Cléret, curé de la paroisse de La Flèche