le direct Musique sacrée

Les modalités du déconfinement : une France coupée en deux

Le gouvernement a donc détaillé les modalités du déconfinement pour ue première phase ce lundi 11 mai. Rouge et vert : deux couleurs pour un déconfinement différent.

« Lundi, beaucoup de Françaises et de Français seront heureux de retrouver un peu de liberté », a déclaré le Premier ministre, « je pense que beaucoup de nos concitoyens auront à cœur d’utiliser cette liberté en ayant conscience de faire preuve d’une grande vigilance. Nous devons nous faire confiance les uns les autres ».  « Il y a aujourd’hui une bonne nouvelle et une moins bonne nouvelle », a continué Edouard Philippe, « la bonne, c’est que nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l’ensemble du territoire métropolitain. La moins bonne, c’est que certains départements ont des résultats moins bons qu’espéré. Le pays est divisé en deux. S’ils se maintiennent en vert, nous pourrons imaginer une nouvelle étape du déconfinement avec l’ouverture des lycées, des cafés et des restaurants. Dans les autres départements en rouge, le déconfinement y est possible mais avec des restrictions, sans ouverture des collèges, des parcs et jardins ».

Les personnes vulnérables

« Il n’y aura pas de confinement obligatoire pour les personnes vulnérables après le 11 mai, même en Île-de-France », a déclaré Edouard Philippe, « mais je veux dire à toutes les personnes qui se savent vulnérables, soit en raison de leur âge, soit en raison de pathologies, soit parce qu’elles sont âgées et en plus, souffrent de pathologies. Continuez pour votre sécurité et pour celle des autres à observer dans toute la mesure du possible, de façon volontaire, les règles de prudence très strictes qui ressemblent à celles des deux derniers mois. Nous faisons confiance aux personnes qui se savent vulnérables pour se protéger. Il ne s’agit pas d’ordonner ».

Une nouvelle étape fin mai

Un premier bilan sera dressé fin mai. « Dans trois semaines, à la fin du mois de mai, nous saurons précisément où nous en sommes, si nous avons réussi à contenir l’épidémie », a expliqué Edouard Philippe, « si les chiffres restent bas, nous pourrons passer à une nouvelle phase. Sinon, nous nous adapterons. Il ne serait pas sérieux de ne pas l’évoquer ».

La carte synthétique des départements a été présentée par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Elle a été établie en fonction des trois indicateurs : circulation du virus, tension hospitalière et capacité en matière de tests virologiques.

carte-finale-11-mai-1024x439

« Tous les départements de quatre régions restent en rouge : l’Île-de-France, les Hauts de France, Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est », a déclaré Olivier Véran.

 Le dépistage et l’isolement

En cas de test positif, « le médecin vous suivra tout au long de votre maladie », a précisé Olivier Véran, « il alertera également l’assurance maladie qui vous contactera afin de commencer avec vous une enquête visant à identifier les personnes que vous auriez pu contaminer autour de vous, sans le savoir, évidemment, et de manière à ce qu’on puisse appeler ces personnes qu’on va désigner cas contact. Votre isolement, si vous êtes malade, durera jusqu’à deux jours après la guérison des symptômes, c’est à dire en moyenne pendant 8 à 10 jours ».

Pour les conditions de l’isolement, « si vous partagez votre logement, votre médecin vous conseillera de rester dans une pièce spécifique en évitant les contacts avec les autres occupants du domicile. Il vous demandera aussi d’aérer régulièrement votre domicile, de vous laver les mains fréquemment, d’éviter au maximum de toucher les objets qui peuvent être touchés par les autres personnes qui vivent avec vous, de désinfecter quotidiennement les surfaces fréquemment touchées, comme les poignées de porte et les téléphones mobiles. (…) Vous pourrez aller chercher des masques en pharmacie sans prescription préalable et ils seront pris en charge à 100 % par l’assurance maladie ».

Poursuivre massivement le télétravail

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a appelé les entreprises à poursuivre massivement le télétravail. « La santé des salariés n’a jamais été et ne sera jamais une variable d’ajustement, (…) particulièrement en Île-de-France ». Par ailleurs, elle a annoncé la publication de 54 guides métiers. « Il y en aura plus de 60 d’ici dimanche, dont celui, évidemment, très attendu, du commerce non alimentaire et de celui sur la coiffure », a-t-elle expliqué avant d’ajouter qu’un guide concerté avec les partenaires sociaux sur l’accompagnement des entreprises sur le télétravail, serait également publié dans les 24 heures.

Les mesures économiques

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, l’a redit : « le 11 mai, tous les commerces rouvriront à l’exception des cafés, bars, et restaurants dont la date de réouverture sera annoncée fin mai. (…) 400.000 entreprises représentant 875.000 emplois vont donc rouvrir ». Le fond de solidarité sera par ailleurs maintenu jusqu’à la fin du mois de mai, les charges sociales patronales seront totalement supprimées pour les mois de mars, avril et mai. Cela concerne « tous les secteurs contraints à une fermeture administrative », a déclaré Bruno Le Maire.

Concernant les masques : « nous avons voulu que les canaux de distribution soient les plus larges possibles. (…) Les grands circuits de distribution seront mobilisés. Je vous confirme que la TVA sera à 5,5% pour tous ces masques, artisanaux et industriels ».

Les déplacements

Sur la règle des 100 km, une entorse pourra être faite pour un « motif impérieux », a expliqué le ministre de la Santé, « un décès, l’assistance à un proche malade, est un motif impérieux mais ce n’est pas le cas par exemple d’un déplacement vers une résidence secondaire ». Le ministre de l’Intérieur a quant à lui expliqué : « pour les trajets plus longs, la nécessité de limiter la circulation nous impose de limiter les déplacements à 100 km sauf un motif professionnel ou impérieux. Ces 100 km seront calculés à vol d’oiseau par rapport au département. Il restera possible de parcourir plus de 100 km au sein de son département ».

Une nouvelle attestation

Une nouvelle attestation va voir le jour pour faire respecter cette limite des 100 km. Elle sera disponible en version papier et numérique le 11 mai. « Des contrôles seront organisés sur les routes, autoroutes, gares, aérogares », a souligné Christophe Castaner, « lors d’un contrôle en voiture, deux cas de figure possible : une attestation remplie ou, sur un trajet de moins de 100 km, un simple justificatif de domicile sera suffisant ».

Les plages

Le ministre de l’Intérieur fait un point sur l’ouverture ou non de lieux publics. « La règle générale reste la fermeture, mais le préfet pourra autoriser l’accès aux plages, aux lacs et nautiques sur demande des maires… Les médiathèques, bibliothèques, petits musées pourront rouvrir à certaines conditions… Les préfets en arrêteront la liste et des systèmes de régulation pourront être mises en place… En revanche, les cinémas, les salles de spectacles et de fête ainsi que les lieux de sport couverts resteront fermés ».

« Les rassemblements devront rester limités à des groupes de 10 personnes maximum, dans le respect des règles de distanciation physique. (…) D’ici septembre, aucun événement regroupant plus de 5000 participants ne pourra être organisé ».

Pour les cérémonies religieuses, des discussions sont encore en cours pour une reprise à la fin du mois

En ce qui concerne les frontières, Christophe Castaner rappelle que « déconfiner, ce n’est pas baisser la garde ».  Elles resteront fermées jusqu’au 15 juin au moins. « Certaines dérogations supplémentaires » vont être rendues possibles « pour permettre de franchir la frontière entre la France et un pays de l’Union européenne, par exemple, pour tous les déplacements concernant la garde, la visite ou la poursuite de la scolarité d’un enfant ».

Les transports

La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a détaillé le plan pour une reprise progressive des transports. « L’objectif est d’augmenter l’offre et de maîtriser la demande. C’est tout le sens des consultations menées ces dernières semaines. L’offre sera augmentée à un minimum de 50% des capacités habituelles ». En Île-de-France, l’offre s’élèvera à plus de 75% dès lundi. « L’accès aux transports en commun aux heures de pointe sera réservé à ceux qui disposent d’une attestation employeur ou peuvent justifier leur déplacement par un motif impérieux ». Objectif : « limiter la fréquentation des transports à 15% ».

Le port du masque « sera obligatoire pour les plus de 11 ans » dans les transports en commun, a indiqué la ministre de la Transition écologique. « Des masques seront distribués en appoint pour ceux qui n’ont pas pu s’en procurer ». Une amende de 135 euros sera appliquée pour les contrevenants sans masques ou sans réservation dans un train.

« Le covoiturage et les mobilités alternatives à la voiture sont donc encouragées » pour « limiter au maximum le trafic automobile et les risques de bouchons qui pourraient générer des pics de pollution et des blocages des axes routiers ». C’est dans ce cadre qu’a été mis en place et déployé le plan vélo, a précisé la ministre de la Transition écologique.

Les écoles

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a redit pourquoi il était nécessaire de rouvrir les écoles à partir du 11 mai. « Cette décision obéit à un impératif pédagogique et un impératif social. Nous considérons que les enfants ne doivent pas rester sans contact physiquement avec l’école entre mars et septembre ». « 80% à 85% des 50.000 écoles de France ont déclaré ouvrir la semaine prochaine » et « un million d’écoliers seront accueillis par 130.000 professeurs ».

Les élèves décrocheurs et les enfants de soignants seront prioritaires pour retourner dans les écoles à partir de la semaine prochaine. En ce qui concerne « les enfants identifiés comme décrocheurs ou en voie de décrochage, nous les estimons à environ 4% aujourd’hui et il y a tout un travail qui va être fait pour les ramener vers l’école », a souligné Jean-Michel Blanquer.