le direct Musique sacrée

Appli StopCovid : « tout ce que la technologie peut faire, elle le fera au mépris de la morale »

StopCovid : faut-il on non mettre en place un instrument de traçage comme semble le vouloir le gouvernement français ? C’est la question que Louis Daufresne pose à ses invités dans En Quarantaine avec Radio Notre Dame.

Le tracking, ou comment, via une application numérique, utilisant bluetooth, identifier les porteurs du Covid-19 : l’idée fait son chemin en France, mieux le gouvernement y travaille activement. Objectif : sur la base du volontariat, repérer les malades atteints du Covid, mais aussi toutes les personnes de son entourage avec lesquelles il aurait été en contact. « Pour nous, c’est non ! », explique Jean-Thomas Lesueur de l’Institut Thomas More qui a lancé à ce sujet une campagne. « Il y a beaucoup d’incertitudes techniques sur le projet d’application StopCovid du gouvernement, mais plus encore cela pose d’immenses questions politiques et éthiques ».

Quid des bases de données constituées sur notre santé ?

La sécurité sanitaire est certes en jeu « mais elle nous empêche de nous poser des questions essentielles sur nos libertés », ajoute Jean-Thomas Lesueur, « c’est la première fois que le gouvernement propose officiellement de mettre en place un outil de suivi de nos allées et venues ! C’est une menaces à nos libertés individuelles… Tout ce que la techonologie peut faire, elle le fera au mépris de la morale ».

François Jeanne-Beylot, fondateur de Troover, estime de son côté qu’ « il y a un gros travail de sensibilisation des citoyens à faire pour qu’ils jouent le jeu, il faut leur dire qu’il n’y aura pas de marche arrière possible ». On le sait, les citoyens sont déjà traçés par les GAFA, les géants du numérique, via certaines applications. Certains pays, comme Singapour, vont très loin dans le traçage : là-bas, a été mise en place une appli permet de visualiser en temps réel les personnes atteintes grâce à des petits points rouges, « cela permet à chacun de changer de trottoir », souligne François Jeanne-Beylot qui s’inquiète de cette tendance totalitaire. En France, la loi anti-fake news passée discrètement récemment est pour lui « dramatique » : « peu de pays totalitaires avaient osé aller jusque-là », dit-il, « le gouvernement décrète ce qui est la vérité et peut même faire fermer un site, cela ne va pas dans le bon sens en termes de libertés indiviudelles ».

Et Jean-Thomas Lesueur de conclure : « cela va être un vrai combat juridique car ce que nous sommes en train de vivre est un vrai point de bascule… L’urgence sanitaire crée les conditions d’un basculement politique inédit« ,  une atteinte à notre réseau relationnel qui relève de notre vie privée.

Les invités de Louis Daufresne : 

François JEANNE-BEYLOT, fondateur de Troover, intelligence économique et veille sur Internet, www.troover.com, professeur associé à l’École de Guerre Économique.

Jean-Thomas LESUEUR, délégué général de l’Institut Thomas More, laboratoire d’idées et de solutions innovantes installé à Bruxelles et à Paris.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *