le direct Musique sacrée

« Rétablir un régime de libertés avec des exceptions » : les axes stratégiques du gouvernement pour le déconfinement

Protéger, tester et isoler : ce sont les trois axes mis en place dès le 11 mai pour une première phase de déconfinement. Retour sur la stratégie présentée par Edouard Philippe devant l’Assemblée nationale.

Rappelant, dans un premier temps, que les gestes barrières restent la première régle, le Premier ministre a détaillé le tryptique du déconfinement : protéger, tester, isoler.

Protéger

Edouard Philippe a évoqué la question du port du masque qui a, a-t-il dit, « suscité l’incompréhension et la colère de certains Français ». « L’importation ayant été momentanément impossible, nous avons dû gérer un risque de pénurie de masques ». Il est revenu sur la stratégie alors adoptée par le gouvenernement : augmentation de la production nationale, stock réservé aux soignants, lancement de la fabrication de masques en tissus, initiatives privées complémentaires et non concurrentes avec la fabrication de masques aux règles Afnor. « Les scientifiques eux-mêmes ont évolué », sur cette question, a-t-il expliqué, « il est préférable dans certaines circonstances d’en porter ».

« Il y aura assez de masques pour tous le 11 mai… Il faut éviter que certains en ait trop, alors que d’autres n’en auraient pas »

Les entreprises doivent équiper leurs salariés, quand c’est possible, pour une reprise du travail le 11 mai. La distribution  de masques se fera également via les partenaires associatifs pour les personnes les plus démunis.

Les masques seront obligatoires pour les personnels éducatifs et les élèves du collège.

Dès le 30 avril, une plateforme de e-commerce pour la vente de masques, sera mise en place via la Poste.

Tester

« Nous serons en capacité de massifier nos tests avec  700 mille tests virologiques par semaine dès le 11 mai »

Une mobilisation conjointe des laboratoires publics et privés a dores et déjà été lancée. La prise en charge de ces tests passera à 100 %.

En cas de test positif : tous ceux qui auront eu un contact rapproché avec personne testée positive seront à leur tour testés, « une identification des cas contacts au-delà de la cellule familiale », a souligné Edouard Phillippe.

Isoler

Les porteurs de virus seront alors isolés : « ce n’est pas une punition, ni une sanction, c’est une mise à l’abris », a répété le Premier ministre, « cet isolement doit être consenti, accepté et accompagné… Il faudra s’appuyer sur le civisme de chacun ». Il reviendra aux préfets et aux collectivités territoriales de définir le plan d’accompagnement des personnes placées en isolement.

Edouard Philippe a également évoqué les outils numériques et l’appli STOP COVID en cours de développement. « C’est un complément qui permettrait à une personne qui a croisé une personne positive d’intégrer un parcours sanitaire de manière anonyme ». Le débat étant à ses yeux prématuré, « il y a aura donc un débat spécifique suivi d’un vote spécifique » le moment venu sur cette question.

Feu vert, feu rouge : la vérification que le déconfinement sera possible dès le 11 mai se fera département par département. « Si les chiffres ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », a rappelé Edouard Philippe, pointant du doigt le relâchement des comportements. « Les incertitudes doivent inciter tous les Français à la plus grande discipline ». Des indicateurs ont donc été mis en place : nous saurons le 7 mai quels départements pourront ou non basculer dans la première phase de déconfinement.

Il y aura « une différenciation territoriale »

Plusieurs phases dans le déconfinement : entre le 11 mai et le 2 juin, un temps d’appréciation des mesures prises et des mesures à prendre pour la suite. Fin mai sera décidée ou non la réouverture des cafés, des bars et des restaurants. Fin mai également sera abordée la question des vacances d’été.

Quelle vie quotidienne pour les  Français à partir du 11 mai ?

La reprise de l’école est « un impératif pédagogique et de justice sociale », a rappelé le Premier ministre. Elle se fera en plusieurs temps : une récouverture progressive des maternelles et de la primaire dès le 11 mai. Une réouverture des collèges avec les 6èmes et les 5èmes, uniquement dans les départements où la circulation du virus sera faible, dès le 18 mai. La réouverture des lycées ne sera décidée que fin mai.

Il n’y aura plus de 15 élèves par classe, avec le stricte respect des règles de distanciation. Pas de masques pour les enfants en crèche, en maternelle et en primaire, mais des masques pédiatriques seront distribués, en primaire, en cas de symptômes. Des masques seront fournis aux collégiens.

Pour le Premier ministre, il s’agit de « laisser le maximum de souplesse sur le terrain » et de faire confiance aux maires et aux directeurs d’établissements.

Maintenir le télétravail au maximum, au moins sur les 3 prochaines semaines

Concernant la vie professionnelle : le télétravail doit être l’option retenue quand c’est possible. Il faut le maintenir au moins sur les 3 prochaines semaines, a souligné Edouard Philippe et « pratiquer des horaires décalés si pas ce télétravail n’est pas possible ». Le port du masque est obligatoire sur le lieu de travail si la distanciation physique n’est pas possible. L’activité partielle est maintenue jusqu’au 1er juin.

Concernant les commerces, le port du masque est  obligatoire. Les bars, cafés, restaurants restent fermés : la décision de les rouvrir ou non sera prise fin mai.

Masque obligatoire dans tous les transports également, dans les taxis et VTC s’il n’y a pas de séparation pexiglas. « 70 % de l’offre RATP sera disponible le 11 mai », a déclaré Edouard Philippe.

Les déplacements

Les transports entre régions ne seront permis que pour les professionnels. « Il faut décourager les déplacements entre les départements », a affirmé le chef du gouvernement. « Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, […] sauf pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif familial impérieux ou professionnel », a déclaré Edouard Philippe.

Concernant le retour à la vie sociale, c’est le « principe de confiance et de responsabilité » qui prévaut. Que ce soit vis-à-vis des aînés ou encas de toute visite privée et de toute sortie.

« Les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts, mais pas de cérémonie avant le 2 juin »

Les cimetières seront rouverts dès le 11 mai. La règle reste de 20 personnes pour les cérémonies funéraires. Les mariages sont reportés jusqu’à nouvel ordre.

Tout rassemblement reste limité à 10 personnes.

Il s’agit de « rétablir un régime de libertés avec des exceptions », a conlu le chef du gouvernement, c’est « un plan  enrichir avec les élus, les départements et les Français ». Il a donné rendez-vous fin mai pour une nouvelle phase de déconfinement. « Un projet de loi sur l’accompagnement de déconfinement sera par ailleurs soumis, la semaine prochaine, devant le Sénat et l’Assemblée nationale ».