le direct Musique sacrée

Ehpad, masques : à quoi pourrait ressembler le déconfinement ?

En Quarantaine avec Radio Notre Dame – Comment organiser le déconfinement ? Et parmi les questions qui se posent, celles des visites dans les Ehpad et l’approvisionnement en masques. Témoignages au micro de Louis Daufresne.

Joachim Tavares a fondé la start-up Papyhappy.  C’est aussi un ancien directeur d’Ehpad. Avec le confinement, il sait que les personnes âgées peuvent ressentir une grande tristesse avec la perte de contacts familiaux et basculer dans un phénomène de glissement. Autre problème rencontré : « on est souvent à flux tendus en termes de moyens matériels et humains. on manque parfois de masques », dit-il. Depuis maintenant une dizaine de jours, les visites sont de nouveau permises mais très encadrées. Dans certaines établissements, un parloir avec une une vitre de séparation  été mis en place, ce qu’on appelle « un salon de convivialité. « C’est vrai que c’est très triste mais malheureusement il n’y a pas d’autre solution », explique Joachim Tavares, « au bout de 6 semaines, voir un visage familier, c’est déjà très bien ! ». Pour lui, la pandémie a mis en exergue la nécessité d' »arrêter de taper sur le dos des maisons de retraite ». « Le travail ne s’y fait pas toujours dans de bonnes conditions ». Et il conclut : « il faudrait une coopération plus performante entre le médico-social et le sanitaire ».

 

Autre témoignage, celui de Sophie Germond, chirurgien-dentiste dans les Yvelines : « seule, je ne trouve pas de masques », dit-elle, « on fait des pré-commandes groupées et le tarif à l’arrivée n’est pas forcément le même. Il y a un énorme marché noir officiel. Il y a aussi un trafic de faux, avec des faux certificats ». Concernant l’utilisaiton d’un masque, elle explique : « un masque bien ajusté ne crée pas buée dans les lunettes… Une fois mis, on ne doit plus le toucher, sinon il faut l’enlever et le jeter ».