le direct Musique sacrée

Le pape François oblige le clergé à dénoncer les abus sexuels


Le pape François oblige le clergé à signaler tout cas d’abuseurs et harceleurs sexuels en plus des prêtres pédophiles dans un motu proprio. Tour d’horizon de la nouvelle législation.

Le pape François renforce la lutte contre la pédophilie dans l’Église catholique.

Le Vatican dévoile un décret intitulé « Vos estis lux mundi » (« Vous êtes la lumière du monde » en latin) qui oblige le personnel ecclésiastique à signaler tout abus, agression et harcèlement sexuels ou couverture de tels faits.

Le texte s’applique à toute l’Église universelle. En préambule, le pape rappelle que « les crimes d’abus sexuel offensent Notre Seigneur, en causant des dommages physiques, psychologiques et spirituels pour les victimes, et lèsent la communauté des fidèles » et qu’il relève donc de sa responsabilité de tout faire pour prévenir ces délits.

Grande nouveauté : le pape contraint juridiquement dans l’ensemble de l’Église la dénonciation en interne d’abus sexuels « dans les meilleurs délais » par les prêtres, religieux et religieuses. Le Souverain pontife encourage les laïcs qui travaillent pour l’Église à signaler les cas d’abus et de harcèlement. Autre point clef : si les soupçons portent sur des hiérarques, tels que des cardinaux, des patriarches, ou des évêques, le signalement peut être remonté directement au Saint-Siège ou à un archevêque métropolitain chapeautant les évêques d’une province. Plus aucun de ces statuts ne les protège.

Respect du secret de la confession et pas de tribunal spécial

Ce nouveau motu proprio demande aux archevêques métropolitains de gérer à l’échelle d’un pays ou d’une région du monde les dossiers relatifs aux crimes et délits sexuels. Chaque diocèse du monde entier se voit en outre obligé d’installer avant juin 2020 une cellule d’écoute pour recevoir des signalements d’abus sexuels potentiels qui feront l’objet d’un examen dans un délai de 90 jours.

Le pape a rédigé un « motu proprio », c’est-à-dire une lettre émise par lui-même qui modifie le droit canonique. Le souverain pontife exclut néanmoins une dénonciation de faits rapportés par un fidèle dans le confessionnal. Il souhaite préserver le caractère absolu du secret de la confession. Le Saint-Père abandonne l’idée d’un tribunal spécial qui aurait été en charge au Vatican de juger ces évêques en question. François avait suggéré la mesure en conférence de presse.

Ce décret fait suite à la conférence sur les agressions sexuelles perpétrées sur des mineurs par des membres du clergé qui s’est tenue en février au Vatican et au terme de laquelle le chef de l’Église catholique a déclaré livrer une « bataille totale » contre un crime « abominable ».

>> À lire le texte original du motu proprio du pape François : Vos estis lux mundi.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *