le direct Musique sacrée

Notre-Dame de Paris : un projet de loi qui fait débat

La flèche et les toitures ont péri dans l’incendie du 15 au 16 avril. Le gouvernement présente ce mois-ci devant le Parlement un projet de loi en vue de reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris d’ici cinq ans. Une éventuelle loi d’exception qui ranime la querelle des Anciens et des Modernes.

Mi-avril, une bonne partie de la cathédrale partait en fumée. Un mois après, le gouvernement soumet au vote une législation exceptionnelle consacrée à la réparation de l’édifice. « Un projet de loi scélérat » a titré La Tribune de l’Art.  Didier Rykner, directeur de la rédaction, suit les débats de l’Assemblée nationale autour du texte « pour la restauration et la conservation de la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale à cet effet ». S’il accepte l’encadrement fiscal des dons, l’historien de l’art fustige les dérogations.

Pourquoi vous opposez-vous au projet de loi ?

À la place, Didier Rykner « préconise d’appliquer la loi ». Et de « prendre son temps ». Il entend par là suivre une kyrielle de codes qui existent : le code du patrimoine, le code de l’urbanisme, le code des marchés publics, le code de l’intercommunalité, le code des transports et le code de l’environnement. Selon le journaliste, la loi actuelle suffit pour restaurer le monument historique, « il n’y a aucune nécessité de créer une loi d’exception. » 

Les flammes ont ravagé la flèche et les toitures de la nef et du transept, charpente comprise.
Les flammes ont consumé la flèche et les toitures de la nef et du transept, charpente comprise.

Y a-t-il un risque à restaurer Notre-Dame de Paris en cinq ans ?


« Emmanuel Macron donne des coups de canif aux lois qui protègent le patrimoine. »


Êtes-vous favorable à une flèche à l’identique ou moderne ?

Didier Rykner affirme que « le drame de Notre-Dame de Paris contient tous les problèmes de monuments historiques de la France. » Et se dit déterminé à se battre « pied à pied pour empêcher le gouvernement de faire n’importe quoi. » Que devrait alors faire l’exécutif ? Gaël Favier, commissaire d’exposition en déplacement à Rome, suggère de rester fidèle à l’original :

Rénover plutôt que restaurer

Feignant de ne pas écarter l’option imposée par la charte de Venise, le gouvernement a lancé en parallèle un concours international d’architecture. Nombre de cabinets d’architectes ont émis des propositions contemporaines et novatrices. Parmi eux, l’agence dijonnaise Godart + Roussel Architectes a esquissé une toiture vitrée et une flèche épurée en acier sur le chef-d’œuvre de l’art gothique. Pierre Roussel ne partage pas les vues de Didier Rykner et Gaël Favier.

Êtes-vous favorable au projet de loi ?

L’architecte bourguignon « comprend le sentiment » nostalgique des puristes qui « a mobilisé énormément d’argent, de matériaux et de plans d’architectes en très peu de temps pour faire comme si rien ne s’était passé ». Mais Pierre Roussel pense qu’ils « se mentent en croyant pouvoir reconstituer la flèche à l’identique. On est en 2019, donc quoi qu’on fasse, même si on la refait au millimètre près, ce ne sera jamais la flèche imaginée et conçue par Viollet-le-Duc au XIXe siècle. »

Notre-Dame de Paris : Projet Godart + Roussel Architectes
L’agence Godart + Roussel Architectes a imaginé une toiture vitrée et une flèche métallique pour Notre-Dame de Paris. © Godart + Roussel Architectes

Pourquoi préférer une flèche contemporaine ?


« Qu’est-ce qu’on laissera comme témoignage de nos constructions du XXIe siècle ? »


Pouvez-vous expliquer votre projet de rénovation de la cathédrale ?

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi après treize heures de débat par 32 voix pour, 5 contre et 10 abstentions. Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro, France Info et Dentsu Consulting, près de 72% des Français sont opposés à une loi d’exception pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Plus de la moitié (55%) considèrent qu’un concours international d’architecture pour reconstruire la flèche est une mauvaise idée « car il faut simplement la reconstruire telle qu’elle était avant l’incendie ». Le Sénat examinera le texte le 27 mai. Rénover ou restaurer, il faut choisir.

Vladimir Razimowsky