le direct Musique sacrée

Décès de l’éditeur Alain Noël : « contempler et transmettre »

Il fut directeur des Presses de la Renaissance pendant une quinzaine d’années, avant de fonder le site du « Monastère Invisible ». Alain Noël est décédé le mardi 23 avril à l’âge de 68 ans. Une voix familière sur Radio Notre Dame. 

Il y a plus de 10 ans, avec son épouse Danielle, Alain Noël fondait la Fraternité Sainte Croix à Etampes dans le diocèse d’Evry. Un « Monastère Invisible » que l’on retrouve également sur internet pour, disait-il, « contempler et transmettre ». Une forme de vie monastique qu’il avait décidé en couple, il y a 40 ans, attendant juste que les enfants grandissent, tout en vivant un parcours à « contre-courant »

Le présence de Dieu

« J’aime être là où l’on ne m’attend pas », répètait Alain Noël. A 20 ans, il goûte au monde de l’ésotérisme, et dévore « Initiation » de l’écrivain mystique Paul Sédir. C’est le déclic. Alain Noël rencontre alors Jésus. Il a 25 ans et commence à travailler : responsable de la pub au Crédit Lyonnais, directeur du marketing et du développement de la régie d’un grand quotidien… A 30 ans, il quitte tout pour témoigner de sa foi. Voilà Alain Noël, fan de Léonard Cohen, à la tête d’un groupe de rock chrétien. Les années 80, cette fois, il étudie la théologie à Lyon à la demande du cardinal Decourtray. Alain Noël s’occupe d’une aumônerie de lycée avant de diriger une communauté charismatique naissante. « Pour chacun de ces postes, j’ai vu le signe de la présence de Dieu », disait-il, « et j’ai eu la preuve qu’il avait tout disposé ».

Se laisser destabiliser par l’Esprit Saint

En 1989, il est appelé à devenir éditeur. 9 ans plus tard, Alain Noël fonde Les Presses de la Renaissance, de quoi faire écho à sa quête de sens. « Pas évident de tourner la page même quand on est éditeur », disait-il avec humour. Devenu grand-père, il était lui-même auteur de plusieurs livres : « La puissance des divines promesses », « Le Notre Père, échelle du Salut » ou encore « Manuel de combat spirituel ». Son dernier opus ? « L’ADN du chrétien : l’Esprit saint au secours de nos vies »« Être chrétien, c’est avoir l’âme génétiquement modifiée par l’action de Dieu », soulignait Alain Noël, « c’est adopter une vision en 3D, le bien, le mal et la miséricorde de Dieu ». Il le répétait : « j’aimerais que chacun soit déstabiliser par l’Esprit saint et se laisse guider par lui »

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît »

Cette parole accompagnait depuis toujours Alain Noël : « Cette promesse est un contre-pied absolu, une infraction au code de bonne conduite. C’est prendre l’autoroute de la vie à contresens », disait-il, « nous vivons dans le siècle du quantitatif. Nous considérons l’acquisition des biens et des denrées comme prioritaire. En tentant d’appliquer cette parole dans nos vies, ma femme et moi sommes souvent passés pour des martiens même auprès d’amis chrétiens qui ne rentrent pas dans cette logique ».


Hospitalisé à Massy depuis le dimanche des Rameaux 14 avril, à la suite de deux arrêts cardiaques, Alain Noël a vécu toute la Semaine Sainte en soins intensifs et en coma artificiel. Il est mort le surlendemain de Pâques, le soir du mardi 23 avril (Info La Croix)

La messe de ses obsèques sera célébrée samedi 27 avril, à l’église Saint-Basile à Étampes à 10 heures.