le direct Musique sacrée

Vincent Lambert : les soins maintenus

Le Grand Témoin – Louis Daufresne reçoit Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita, à la suite de la reprise des traitements ordonnée hier soir par la cour d’appel de Paris.

Tugdual Derville dans le studio avec Louis Daufresne.
Tugdual Derville dans le studio avec Louis Daufresne.

Tugdual Derville fait remonter la déchirure de la famille Lambert en 2013.  Viviane Lambert, la mère de Vincent, découvre que l’hôpital de Reims n’alimente plus son fils depuis 21 jours. Elle mène des actions en justice en urgence et obtient gain de cause 31 jours après l’arrêt des soins. Depuis, Vincent Lambert ne bénéficie plus d’orthophoniste, de kinésithérapeute ni de sorties en fauteuil roulant et la famille se divise entre les parents, partisans du maintien en vie, et sa femme et son neveu, qui voient dans la mort un soulagement des souffrances.

Une bataille judiciaire

L’avocat de Rachel Lambert, la femme de Vincent, annonce ce matin qu’il va porter plainte en réaction à « des agissements inqualifiables« . Le magazine Valeurs actuelles a publié hier soir une vidéo de Vincent Lambert, filmé sur son lit d’hôpital et dans laquelle sa mère s’adresse à lui, après le rejet par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de la requête des parents le jour même. Ils avaient demandé de suspendre l’arrêt des traitements de leur fils. Coup de théâtre : la cour d’appel de Paris ordonne plus tard dans la soirée la reprise des soins. Au micro de Louis Daufresne, Tugdual Derville explique pourquoi aujourd’hui, à ses yeux, Vincent Lambert n’est pas suivi par un établissement adapté à son état.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *