le direct Musique sacrée

Victoire du Rassemblement national, percée des écologistes et effondrement des Républicains

Le Grand Témoin – Au lendemain des élections européennes, Louis Daufresne reçoit Arnaud Benedetti, Philippe Deloire et Olivier Milza de Cadenet.

plateau 27 mai 2019
Arnaud Benedetti, Olivier Milza de Cadenet et Philippe Deloire en studio avec Louis Daufresne.

Le Rassemblement national remporte les élections européennes d’une courte tête avec 23,31% des voix, soit 5 281 576 votes. Le parti de gouvernement et ses alliés centristes comme le MoDem échouent de peu à remporter le match progressistes versus populistes et arrivent en deuxième position en totalisant 22,41 % des voix, soit 5 076 363 votes. Surprise : avec 13,47 % des voix, soit 3 052 406 votes, Europe écologie – Les Verts dérobe la 3e place aux Républicains qui s’effondrent à 8,48 % des voix, soit 1 920 530 votes. Grosse déception pour la France insoumise à qui les écologistes subtilisent le titre de première force de gauche. La liste menée par Manon Aubry chute à 6,31 % des voix, soit 1 428 386 votes. Le Parti socialiste qui a fait liste commune avec Place publique de Raphaël Glucksmann maintient de justesse sa présence au Parlement européen en réunissant 6,19 % des voix, soit 1 401 978 votes.

Debout la France de Dupont-Aignan stagne par rapport à 2014 et n’obtient aucun siège (3,51% des voix, soit 794 953 votes). Génération.s de Benoît Hamon (3,27 % des voix, soit 741 212 votes) et le Parti communiste français (2,49% des voix, soit 564 717 votes) sombrent aussi sous le seuil des 5 % et se font talonner par le Parti animaliste (2,17 % des voix, soit 490 570 votes).

Recomposition et disparition des Républicains

Louis Daufresne reçoit :

Olivier Milza de Cadenet s’attendait à l’effondrement des Républicains et voit dans la défaite d’un cheveu de La République en marche la réélection  d’Emmanuel Macron assurée en 2022. Arnaud Benedetti assiste à la poursuite de la recomposition politique au détriment des Républicains et, contrairement à l’historien, considère difficile un renfort des électeurs écologistes au Président en 2022. Philippe Deloire se réjouit de la participation qu’il met en lien avec le mouvement des Gilets jaunes et place l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, le groupe du chef de l’Etat au Parlement européen, en faiseur de roi pour le gouvernement de l’Union européenne qu’est la Commission.