le direct Musique sacrée

Les vérités 2019 – Démographie : le grand défi du siècle.

Comment l’Afrique pourra-t-elle nourrir quatre milliards d’habitants en 2100 ? Face aux migrations et Europe, comment  faire cohabiter la morale et la géopolitique ?

De 100 millions d’habitants en 1900, la population de l’Afrique est passée à environ 300 millions en 1960, puis à 640 millions en 1990 et à 1,2 milliard en 2016. Selon les projections démographiques, vers 2050 la population de l’Afrique  dépassera les  deux milliards puis quatre milliards en 2100 !    Ces chiffres et ces prévisions apocalyptiques  semblent occultés face à la priorité morale. Il est vrai que des centaines de migrants continuent de périr en Méditerranée et que le pape François en a fait une majeure de son pontificat. La réponse de l’Église de France se veut la même qu’à Rome: « Accueillir est l’attitude première qui permet de transformer un événement qu’on ne maîtrise pas en événement qu’on accompagne : non pas en s’opposant, mais en fraternisant. »

Certes, reconnaît Mgr Pontier, archevêque de Marseille, en reprenant l’expression bien connue : « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais ce n’est pas ce qu’elle fait et ce n’est pas non plus ce qu’on lui demande. La grande majorité des migrations se font dans les pays pauvres limitrophes. Ne peut-on pas accueillir plus, et surtout mieux ? » Et d’en appeler à un vrai dialogue entre l’État, les collectivités et les associations actives sur le terrain. « Bien des progrès pourraient alors être accomplis pour améliorer la qualité de l’accueil. »

Quel est donc l’engagement de l’Église de France pour l’accueil des migrants ?

– 14 mars 2017. Signature à l’Élysée d’un accord pour l’ouverture d’un couloir humanitaire permettant d’accueillir des réfugiés syriens. L’accord associe le gouvernement français à trois associations catholiques et deux protestantes.

– 8 décembre 2017. Avec une quinzaine d’associations, le Secours catholique dénonce un projet de circulaire visant à contrôler la régularité de la situation des personnes dans les centres d’hébergement d’urgence.

– 24 décembre 2017. « La France peut et doit faire plus pour l’accueil des migrants », déclare Mgr Georges Pontier, président sortant de la CEF.

On ne peut que respecter le devoir de charité que demande le pape François et l’église de France, mais le cardinal africain, Mgr Sarah perçoit bien que l’avenir de l’Afrique ne peut être l’immigration, mais que le véritable avenir proviendra des réformes permettant à l’économie du continent de subvenir à ses besoins.

La géopolitique rejoint la morale, car les chiffres démontrent que l’immigration vers l’Europe ne peut résoudre les défis posés à l’Afrique : au contraire, ce sont leurs élites qui émigrent en priorité. En Europe, plusieurs pays ferment leurs frontières comme la Pologne et la Hongrie. Le Brexit est lui aussi lié au problème de l’immigration.

Quel est le problème prioritaire des Européens ? Il est d’aider les pays africains par l’envoi d’experts et d’aides financières, sous forme d’un « plan Marshall «  adapté à notre époque. Bien sûr il faut accueillir les réfugiés politiques, mais une charité efficace, lorsqu’elle prend une dimension géopolitique, doit s’adapter aux défis de notre époque.

Démographie et immigration ont fait naître des drames pour le catholicisme avec les persécutions perpétrées par l’islam fanatique. Assassinats  et saccages d’églises font trop souvent la « une » de l’actualité.

Conscient de ces drames, le pape François, durant sa dernière visite au Maroc, voudrait susciter une voie apaisée des rapports avec l’Islam, pendant que Erdogan, le président turc, annonce vouloir la transformation de la cathédrale sainte Sophie en mosquée.

Comment concilier la morale de secours aux réfugiés avec les exigences géopolitiques pour que la France reste « la fille ainée de l’église » ?

C’est le grand défi auquel nous devons faire face. Il faut sauver le catholicisme face aux invasions.