le direct Musique sacrée

Egypte : quel avenir pour ce pays de 100 millions d’habitants ? C’est un drame géopolitique.

Voyons d’abord sa démographie : avec plus de 100 millions d’habitants en 2019, l’Égypte est le troisième pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigeria et l’Éthiopie.

L’Égypte est aussi le pays le plus peuplé du monde arabe, du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. Sa densité théorique avoisine les 100 habitants./km2, mais la zone habitable qui est la vallée du Nil et son delta, avec la zone du canal est de 53 000 km2, soit 5 % de sa superficie. Très urbanisée, celle-ci connaît donc une  densité évaluée à 1 500 hab./km2.

Depuis 1950, la population du pays a été multipliée par quatre avec, pour ces dernières années, une croissance démographique moyenne supérieure à 2 % par an. Cette démographie galopante entraîne de nombreuses difficultés : manque de logements, d’infrastructures, d’écoles et d’emplois, l’augmentation du coût de la vie et l’inflation.

L’âge médian se situe autour de vingt-quatre ans et un Égyptien sur trois a moins de quinze ans. Le PIB du pays  est environ de 250 milliards de dollars, équivalent à celui du Portugal  dont la population est de 10 millions, soit une rlchesse 10 fois supérieure ! L’Egyptien vit donc dans l’extrême pauvreté.

Conséquence  de ce faible PIB : inflation, chômage, dégradation des comptes publics ? Les chiffres : croissance du PIB : 5%, inflation 14%, solde public – 9%, solde courant – 3%, dette publique 98%.

Nous avons connu les printemps arabes, bien tristes appellations lorsque l’on voit ses résultats au Caire : 40% de chômage et un revenu médian pour l’Egyptien de 200 dollars par mois. Nous disons bien médian, car la priorité budgétaire du maréchal Sissi va au budget forces armées

Quelles sont les ressources du pays ?

D’abord l’agriculture  historique dans la vallée du Nil qui a permis à la civilisation égyptienne deux mille ans de prospérité et la construction des plus beaux monuments du monde : les pyramides, Karnak, les tombeaux de la vallée des rois, etc…

Qu’en est-il aujourd’hui ? Si l’agriculture traditionnelle demeure, elle est insuffisante et doit être complétée par des importations de blé provenant de France et réglées par l’Arabie saoudite. Jusqu’à  quand ?

Deuxième source de revenus ; le canal de Suez. Cette ressource reste pérenne et stratégique.

Autre rentrée majeure de devises ; le tourisme. C’est  une destination mondiale, mais touchée par le terrorisme islamique.

L’Egypte est un symbole du défi majeur de notre époque : une démographie explosive et non contrôlée. Un pays avait pourtant donné un début de solution : la Chine avec sa politique de l’enfant unique. Excessive, peut-être, mais significative d’une priorité existentielle.

Quelles sont les réactions d’un peuple victime de la famine ? Il écoute la voix des extrémistes et tente l’émigration. En Egypte le pays ne pouvant faire vivre, et c’est un maximum, plus de 50 millions  d’habitants, ce sont 50 millions qui vont tenter d’émigrer.

Malheureusement nous retrouvons la même catastrophe géopolitique au Maghreb et en Afrique noire.

L’Egypte sonne l’alerte. Mais cette alerte est mondiale. Quand l’Europe, et la France en particulier, prendront-elles  conscience de l’ébranlement historique en cours ? Munich fut une leçon : retrouvons  la lucidité d’un Churchill et d’un de Gaulle.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *