le direct Musique sacrée

Mondrian Figuratif au Musée Marmottan Monet

Piet Mondrian (1872-1944) est avant tout connu pour ses compositions abstraites, colorées et géométriques. Il est considéré comme l’un des pionniers de l’abstraction au XXème siècle.

Mais avant d’être si affirmé dans l’abstraction, Mondrian fut un peintre figuratif, qui chercha longtemps sa voie, très influencé par les peintres et les courants de son époque. C’est ce que montre, de façon percutante, le musée Marmottan dans une exposition intitulée simplement « Mondrian figuratif » qui vient d’ouvrir. L’autre histoire que raconte l’exposition est la belle rencontre que fit Mondrian en 1915 en Hollande avec Salomon Slijper, le fils d’un diamantaire d’Amsterdam. Celui-ci fut intrigué par une composition abstraite de Mondrian qu’il vit un jour de façon fortuite dans la salle-à-manger d’une auberge, demanda à en rencontrer l’auteur, et collectionna bientôt de façon frénétique l’œuvre des premières années de Mondrian, entièrement figurative. C’est la collection de Slijper qui est présentée à Marmottan. L’exposition s’ouvre avec le tableau d’un lièvre mort, que Mondrian réalisa à l’âge de 19 ans. Elle se poursuit avec des paysages dans le style de l’école de Barbizon. Puis des toiles néo-impressionnistes, symbolistes, cubistes. L’exposition montre bien que Mondrian tâtonne, revient en arrière, cherche beaucoup, se cherche. Il a adhéré à la Société théosophique en 1909. La peinture de Mondrian, fils d’un pasteur calviniste, aspire à être spirituelle. Les clochers, les beffrois, les moulins, plus allongés que la réalité, les fleurs à hautes tiges, qui s’élèvent vers le ciel, en sont les preuves. Les branches des arbres deviennent des grilles, parfois même des damiers. Mondrian abandonnera bientôt totalement la figuration qui ne lui permet plus d’exprimer son intériorité.