le direct Musique sacrée

« Le Talisman, prophétie de la couleur » au musée d’Orsay

 Un petit tableau pas plus grand qu’une feuille format A4 est le sujet d’une très belle exposition présentée actuellement au musée d’Orsay : « Le Talisman, prophétie de la couleur ».

Ce tableau a été peint par Paul Sérusier (1864-1927) au Bois d’Amour, juste au-dessus de Pont-Aven, en 1888. Par son caractère novateur, il occupe une grande place dans l’histoire de l’art. Paul Gauguin, artiste admiré des jeunes peintres, est à côté de Sérusier pendant l’exécution sur le motif, et lui recommande : « Comment voyez-vous ces arbres ? Ils sont jaunes. Eh bien, mettez du jaune ; cette ombre, plutôt bleue, peignez-la avec de l’outremer pur ; ces feuilles rouges ? Mettez du vermillon”. Auréolé de l’aura de Gauguin, le tableau est immédiatement montré par Sérusier à ses amis peintres qui le nomment « Le Talisman » et qui déclenchent la création du groupe des Nabis, des artistes peignant ce qu’ils ressentent au moyen de la couleur, avec un grand sens du décoratif, et souvent une aspiration au sacré. Un peu plus tard, Maurice Denis, l’un d’entre eux, enfonce le clou en écrivant : « Il faut se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane, recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées”. Certains disent que Le Talisman annonce l’abstraction qui sera la grande aventure du XXème siècle. Dans l’exposition, autour du tableau, on découvre avec bonheur des toiles splendides des amis de Sérusier, dont beaucoup proviennent de collections particulières : Maurice Denis, Emile Bernard, Ranson, Verkade, Lacombe, Vuillard, etc.