le direct Musique sacrée

Hammershøi, le maître de la peinture danoise au musée Jacquemart-André

Vilhelm Hammershøi (1864-1916), peintre danois, est une magnifique découverte proposée actuellement par le musée Jacquemart-André. Surnommé tour à tour « le Vermeer danois », « le peintre du silence et de la lumière », Hammershøi est sans doute un peu tout cela.

Il a surtout construit une œuvre à part, intemporelle, comme par exemple Balthus a pu construire la sienne. L’exposition, dans un accrochage remarquable et très équilibré, montre les genres abordés par le peintre : des portraits, des paysages, des vues urbaines, des nus, et ses fameux intérieurs. Ce sont eux qui ont fait la réputation de l’artiste. S’inspirant des appartements qu’il a occupés à Copenhague, on y voit surtout des portes, des fenêtres, quelques meubles et, très souvent, Ida, femme et modèle du peintre, la plupart du temps représentée en noir et de dos. Les tableaux sont composés de  lignes traversées par la lumière, pour parvenir à une épure silencieuse et recueillie. Des œuvres d’Hammershøi se dégage un mystère qui n’est pas percé encore aujourd’hui, tellement l’artiste parlait peu de son travail. On sait simplement que rares furent les artistes contemporains qui trouvèrent grâce à ses yeux, excepté Whistler. « Des plaisanteries ! » dit-il même à propos des tableaux impressionnistes qu’il vit lors d’un séjour à Paris…