le direct Musique sacrée

Syrie : le Pape écrit une lettre au président Assad

Dans un courrier remis à Bachar el-Assad, le Pape a exprimé sa « profonde préoccupation […] pour les conditions dramatiques de la population civile à Idleb ». 

Syrie guerre

Ce lundi 22 juillet, le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie et Nicolas Riccardi, sous-secrétaire du Dicastère, étaient en visite à Damas et se sont entretenus avec Bachar el-Assad.

La lettre du Pape François insiste sur la protection des civils en Syrie, et en particulier dans la région d’Idleb. Le pontife a demandé à ce que les infrastructures essentielles, telles que les hôpitaux et les écoles, soient protégées. Il s’agit de garantir aux civils des conditions de vie humaine et de mettre fin à la catastrophe humanitaire de cette région. D’une manière plus générale, le Saint-Père souhaite une libération des détenus, l’accès pour les familles aux informations de leurs proches faits prisonniers et un retour des réfugiés en sécurité ou encore

Les émissaires du pape ont ensuite échangé avec Bachar al-Assad sur les efforts politiques mis en oeuvre pour résoudre la crise syrienne.

Un engagement humanitaire avant tout

Le cardinal Parolin, secrétaire d’Etat du Vatican a précisé que cette démarche n’était pas un engagement politique de la part du pape Français mais bien une préoccupation « humanitaire » :

« Le Pape continue à prier pour que la Syrie puisse retrouver un climat de fraternité après ces longues années de guerre et que la réconciliation prévale sur la division et sur la haine. Dans sa lettre le Saint-Père utilise trois fois le mot « réconciliation » : c’est son objectif, pour le bien de ce pays et de sa population sans défense. »


>> A Lire et Ecouter : Le témoignage de Vincent Gelot sur les conditions de vie en Syrie


L’engagement du Pape dans ce domaine remonte au début de la guerre civile syrienne. Dès 2013, il avait demandé aux dirigeants du G20 « une solution pacifique à travers le dialogue et la négociation entre les parties concernées, avec le soutien concordant de la communauté internationale ». La même année, il a également organisé une journée de jeûne et de prière dans le monde entier pour la paix au Moyen-Orient. Enfin, en 2016, il avait déjà fait parvenir une lettre à Bachar al-Assad afin de trouver « une solution pacifique aux hostilités ».

Une situation toujours complexe sur place

La région d’Idleb, pourtant démilitarisée l’an dernier, est toujours dominée par les djihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), une ancienne branche d’al-Qaïda. Depuis trois mois, les combats sur ce territoire se sont intensifiés et les bombardements du régime syrien et de la Russie se font de plus en plus fréquents.

Trois millions de civils sont affectés par ces affrontements. En près de trois mois, 690 civils ont été tués dans les bombardements sur Idleb et 330 000 personnes ont fui les violences.

Lundi encore, des frappes aériennes imputées à la Syrie ont touché un marché de la province d’Idleb, faisant au moins 50 morts.

Dans le reste du pays, la majeure partie du territoire est contrôlée par le gouvernement de Bachar al-Assad. Le nord-est de la Syrie, notamment la Mésopotamie syrienne, est sous administration kurde des Forces Démocratiques Syriennes (FDS).


>> A Lire et Ecouter : La description de la situation en Mésopotamie syrienne par Mgr Gollnisch


Mathilde Piqué

Commentaires

  1. Enfin une conscience humanitaire se manifeste dans l’assourdissant silence des gouvernements occidentaux et de la société civile, y compris les syriens de l’exil. Merci à cette voix courageuse et pertinente dans sa demande minimum aux belligérants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *