le direct Musique sacrée

Le pape fait un don de 500 000 dollars pour les migrants au Mexique

Au cours des derniers mois, des milliers de migrants sont arrivés au Mexique après avoir parcouru plus de 4000 kilomètres depuis le Honduras, le Salvador et le Guatemala fuyant la pauvreté et la violence, dans l’espoir d’un avenir meilleur aux États-Unis. Caritas Mexique et l’Eglise Catholique apportent leur aide. 

En 2018, six caravanes de migrants sont entrées au Mexique, avec un total de 75 000 personnes, et l’arrivée de nouveaux groupes a été annoncée. Toutes ces personnes ont été bloquées, incapables d’entrer aux États-Unis, sans abri ni moyens de subsistance. L’Église catholique a mis en place des foyers pour accueillir des milliers d’entre eux dans les diocèses ou des congrégations religieuses, en leur fournissant le nécessaire pour vivre, du logement aux vêtements. 

C’est dans ce contexte que le pape François a donné 500 000 dollars. Un montant qui sera réparti entre 27 projets de 16 diocèses et de congrégations religieuses mexicaines qui ont demandé de l’aide pour continuer à fournir un logement, de la nourriture et des articles de première nécessité. Pour Ismael Flores Rosado de Caritas France , la situation va continuer de s’aggraver, « au mois d’octobre on avait des caravanes de 5000 ou 6000 personnes, il y a une semaine, une caravane de 3000 personnes est arrivée. » explique-t-il, la plupart des personnes qui traverse la frontière, passe par le même point: Tapachula. Ils arrivent dans cette ville parce qu’il y a le bureau chargé des démarches pour les demandeurs d’asile. Ils ne le demandent pas tous mais ils sont quand même de plus en plus nombreux à arriver et demander l’asile. »

Des migrants à la recherche de l’eldorado américain

Fuyant le Guatemala, le Honduras et le Salvador, les migrants forment des caravanes pour plus de sécurité, « quand ils ont traversé la frontière sud du Mexique, le but c’est d’arriver au nord » poursuit Ismael Flores Rosado. Il faut dire que ces migrants rêvent d’Amérique et depuis quelques mois, Donald Trump a fait barricader la frontière désirant toujours voir un mur séparé le Mexique et les Etats-Unis. Refoulés, ces migrants patientent, espérant une régularisation de leur situation, au moins au Mexique, à défaut d’atteindre l’eldorado. « Aujourd’hui, on dépose une demande d’asile à Tapachula, il faut attendre des mois et des mois, voire des années avant d’avoir une réponse. Et c’est là le problème. On n’a pas les conditions requises pour que ces gens puissent attendre et la plupart font le choix de partir directement vers le nord et c’est là-bas qu’il y a des problèmes avec les autorités mexicaines« , explique Ismael.

Arrestation, expulsion, contrôle, la Comar (Comisión Mexicana de Ayuda a Refugiados) est totalement débordée et ne dispose pas d’un budget suffisant pour autant de demandes, « elle a un budget d’un million de dollars, le plus petit depuis 2011, pour faire toutes les démarches« , indique le chargé de partenariat de Caritas Mexique.

C’est l’Eglise Catholique Mexicaine qui officie le plus. Elle gère 119 foyers, répartis dans plusieurs diocèses et congrégations religieuses. Quant à la Caritas Mexique, « elle promeut et accompagne toute cette aide et on met en place des projets. On en a un actuellement un projet d’accompagnement des caravanes de migrants. On a des jésuites qui font un gros travail de plaidoyer auprès de la société mexicaine et des autorités », souligne Ismael Flores Rosado, « les 500 000 dollars que donne le pape, c’est important parce qu’aujourd’hui c’est l’Eglise qui donne la plupart des produits de première nécessité  mais ce n’est pas assez. Selon nos dernières estimations, on a 400 000 personnes qui traversent le Mexique chaque année ».

Plus d’expulsions au Mexique qu’aux Etats-Unis

Récemment Mgr Rogelio Cabrera López , président de la Conférence des évêques du Mexique, s’est adressé au parlement mexicain, leur demandant d’urgence des réformes pour les droits des personnes migrantes. L’archevêque de Monterrey a également remercié le pape pour son don dans un communiqué, tout en demandant  « aux Gouvernements mexicain et américain d’accueillir et d’intégrer les milliers de migrants qui se trouvent déjà dans notre pays, aux médias d’assurer une couverture objective et juste, devant les caravanes qui continuent d’arriver, et aux hommes et aux femmes de bonne volonté, qui habitent notre pays bien-aimé, de regarder avec charité et miséricorde le frère migrant qui souffre, de ne pas fermer son cœur et de continuer à soutenir ».

En attendant, le Mexique expulse aujourd’hui plus que les Etats-Unis et pour Ismael Flores Rosado « c’est une stratégie politique du pays pour les empêcher d’arriver au nord. Le nouveau gouvernement mexicain prône les droits de l’homme mais la mise en place de cette stratégie montre le contraire. Certains ont été expulsés 3, 4 ou 5 fois, qu’importe, ils reviendront ». 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *