le direct Musique sacrée

Prem’s de Noël : la toute première guirlande lumineuse

Depuis la traditionnelle bougie qui ornait le sapin, les décorations lumineuses ont bien changé. A tel point que certaines guirlandes sont désormais dotées de systèmes de diffusion de parfums tentant de recréer l’odeur du sapin naturel. Tout ceci grâce au concours de l’électricité. 

New York, un soir de décembre 1882. William Augustus Croffut, journaliste au Detroit Post, se balade le long de la 5e avenue, l’un des premiers quartiers de la ville à être alimenté en électricité. Il s’arrête devant la fenêtre d’une riche maison, éclairée au loin. 

Ce qu’il aperçoit l’émerveille. “Un grand arbre de Noël” décoré de quatre-vingts lumières blanches, rouges et bleues trône au milieu du salon. “Lorsque l’arbre tournait, les couleurs alternaient, toutes les lampes s’éteignant et s’éteignant à chaque tour”, nous rapporte le spectateur.

Un proche de Thomas Edison

 

Nul place à la magie ici, si ce n’est celle de Noël. Cette prouesse technique a un nom : l’électricité. “Le plafond était traversé obliquement par deux câbles sur lesquels étaient suspendus 28 autres lampes minuscules; et toutes les lumières et le fantastique arbre avec son fruit étoilé ont été maintenus par le léger courant électrique amené du bureau principal sur un fil de film”, décrit William Augustus Croffut. Cette installation, on la doit à Edward Hibberd Johnson, vice-président de la société d’électricité d’Edison, le célèbre inventeur de l’électricité. Johnson est le tout premier homme à avoir investi sa maison de décorations lumineuses électriques. Ironie du sort, il est aussi mort de sa passion, puisqu’il a péri en 1917 d’un accident électrique.

La féerie des illuminations l’a pourtant succédé. A partir de 1882, la firme n’a pas cessé d’illuminer New-York, les Etats-Unis puis exporter son modèle au monde entier. En 1895, la Maison-Blanche accueille le premier arbre de Noël éclairé électriquement.