le direct Musique sacrée

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix et le don de soi

Edith Stein se tourna progressivement vers le Christ, malgré les difficultés nées de l’incompréhension de sa famille. Elle est co-patronne de l’Europe. 

Edith-Stein« Je crois, disait-elle, que plus on se sent attiré par Dieu et plus on doit ‘sortir de soi-même’, dans le sens de se tourner vers le monde pour lui porter une raison divine de vivre »Edith Stein est née le 12 octobre 1891 à Breslau, sous l’Empire allemand, dans une famille juive. Étudiante en philosophie, elle est la première femme à présenter une thèse dans cette discipline en Allemagne, puis continue sa carrière en tant que collaboratrice du philosophe allemand Edmund Husserl, le fondateur de la phénoménologie. Une longue évolution intellectuelle et spirituelle la conduit à Jésus et elle se convertit en 1921. Elle enseigne et donne des conférences en Allemagne, développant une théologie de la femme, ainsi qu’une analyse de la philosophie de Thomas d’Aquin et de la phénoménologie. Interdite d’enseignement par le régime nazi, elle décide d’entrer au Carmel de Cologne, en 1933, et devient religieuse sous le nom de sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix. Réfugiée au Carmel d’Echt, aux pays-Bas, elle est arrêtée par la SS et est déportée au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Elle  meurt « pour son peuple » le 9 août 1942. Elle est béatifiée le 1er  mai 1987 à Cologne par le pape au titre de « martyr de la charité » et est canonisée le   par Jean-Paul II au Vatican. Elle est co-patronne de l’Europe depuis 1999.