le direct Musique sacrée

Grand Témoin : regards croisés sur la foi chrétienne en France

En cette période d’ordination, Louis Daufresne reçoit deux invités pour analyser la place des chrétiens en France. Il y a Guillaume Bignon, ingénieur en informatique financière, docteur en théologie philosophique. Il Publie « La Foi a ses raisons » (BLF éditions). Guillaume Cuchet, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil. Il est l’auteur de « Comment notre monde a cessé d’être chrétien » (Seuil).

Le premier invité du Grand Témoin vient parler de sa conversion. Guillaume Bignon a eu une enfance catholique. Mais il est devenu athée car : « l’Église et la pratique semblait plus être une tradition, une superstition », raconte-t-il. Maintenant devenu protestant, suite à des rencontres, il se dit que : « on ne peut pas être croyant sans que ça n’impacte rein dans notre vie ». Scientifique, son athéisme était rationnel. Il pointe dans sa conversion un changement d’idée mais pas que : « une conversion ce n’est pas juste un changement d’opinion, c’est un aussi un changement de cour ».

La sociologie du catholicisme

Le deuxième invité est Guillaume Cuchet. Sociologue et historien, il livre une enquête sociologique sur le catholicisme en France aujourd’hui. « J’attirerais l’attention sur le changement de format spectaculaire du monde catholique français », explique-t-il. Il estime d’ailleurs que : « la mise en perspective  de ce qu’est devenu le catholicisme contemporain et de ce qu’il a été il y a 50 ans au début des années 60, ne pouvait que susciter une certaine surprise ». Pour mener son enquête, il est allé dans toutes les chapelles que peut avoir l’Église de France. « J’ai eu l’occasion d’échanger avec des gens très différents », affirme Guillaume Cuchet. S’il note la baisse du nombre d’ordinations, il remarque que le chiffre est stable depuis 1975, autour de 125 par an. Une certaine stabilité qui oblige cependant à trouver de nouvelles solutions pastorales.